Crimson Keep - Don't keep it

Venez taper du monstre dans les grottes de Crimson Keep!

Dans Crimson Keep, on nous balance dans un labyrinthe de grottes bondées de monstres qui veulent tous nous faire la peau. Pour survivre, vous devrez mourir, encore et encore. Chaque mort nous fera recommencer à zéro et vue la difficulté du jeu, on se rapproche plus du die and retry. En espérant qu'on arrive à avancer un peu plus loin à chaque fois, on pourra envisager une éventuelle progression dans le jeu.

Là, je suis au fond du gouffre. Littéralement.

Crimson Keep a tout du jeu indé, les textures moches, les modèles des ennemis avec des hitbox complètement à la ramasse et des bugs de collision avec le décors. On est en terrain connu, votre flair de gameur vous chatouille les narines, ça pue.

Au début du jeu, une pseudo intro pas trop moche nous donne de faux espoirs de bonne surprise. Puis nous sommes balancés au fond d'un gouffre. Nous avons le choix entre plusieurs classes de personnages, le guerrier, la mage et je vous laisse découvrir le reste. Dans tous les cas, l'aventure sera rigoureusement la même. Elle débutera avec un semblant de tuto qu'il faudra se retaper à chaque réapparition suivi des mêmes grottes remplies d'ennemis ultra balaises avec pourtant si peu de loots pour mieux nous équiper ou ne serait-ce que nous soigner.

Je vais te massacrer.

Le jeu propose une gestion d'inventaire et d'équipement ainsi que des sorts à trouver au fil de notre aventure. Malheureusement les loots sont beaucoup trop rares. Qu'il s'agisse d'un masse qui tabasse tout, d'une baguette de magie qui défonce sa race ou d'une simple pomme à grignoter pour gagner 2 PV, tout est extrêmement rare.

Pour ma part j'ai surtout joué avec les armes du début. Je n'ai pas eu la patience d'avancer très loin dans le jeu certes, mais de ce que j'ai pu visiter je m'attendais au moins à changer mon arme. Nada!

La baguette ou la hache, même combat. On se fait défoncer.

Mon ressenti était pourtant tout ce qu'il y a de plus logique car les monstres du début sont très forts comparés à nous. Je m'attendais tout naturellement à trouver une arme qui tabasse dans le coin. Que dalle.

Les FPS Shooter die and retry sont maintenant nombreux sur Xbox ONE. Je pense notamment à Ziggurat sorti en 2015 qui est toujours, à mon humble avis, la référence sur ONE. Mais dans la plupart d'entre eux, une fois un certain niveau de progression atteint, le fait de recommencer est facilité. Qu'il s'agisse d'items conservés, de raccourcis vers une zone avancée, on a la possibilité de zapper la souffrance du début du jeu. Dans Crimson Keep ce n'est pas le cas, on en chie du début à la fin. Cela limite encore plus l'intérêt du jeu qui était déjà très maigre.

Presque mort, tout comme l'est Crimson Keep.

On ne va pas se leurrer, Crimson Keep ne restera pas sur le devant de la scène plus qu'il ne sera sur le devant du store du xbox live. Il est loin d'être indispensable dans notre ludothèque. Il souffre d'une réalisation médiocre et encore plus d'une concurrence à des années lumières au dessus en terme de qualité.

Crimson Keep Note XboxOrNot

sur 100

Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.