Generation Zero - Même à 4 on a envie d'aller dodo

Voici le test de Generation Zero. On a mis un peu le temps à le sortir, on s’était endormi pendant la dernière session de jeu…

Une partie de cache-cache explosive dans un vaste monde ouvert. Dans une version alternative de la Suède des années 80, des machines hostiles ont envahi le paysage. En solo ou en équipe avec jusqu'à trois amis en multijoueur coopératif. Utilisez des tactiques de guérilla pour remporter la victoire ! Voilà à peu de chose près le communiqué de presse de ce jeu. « Par les créateurs de Just Cause », « un monde ouvert taillé pour la coop » etc. En effet, le titre intrigue et donne envie. Pour le coup, on a fait le test en coopération avec Goma. Heureusement qu’on était deux d’ailleurs sinon on aurait été encore plus sévère.

Et c'est parti pour la rando

En effet, prenez n’importe quel jeu en monde ouvert qui se joue en coopération : même si le titre est moyen ou répétitif, on peut se taper des moments de funs et de délires. D’ailleurs, en ce moment avec Goma, on se fait le dernier Ghost Recon en coopération totale, et on se tape des barres. Alors oui, pour le coup, le jeu à la base est bon, mais franchement pour avoir joué en solo également, je trouve qu’en coopération, Ghost Recon Wildlands est encore meilleur. Et bien Generation Zero réussi à être chiant que ce soit en solo (méga chiant) ou en multi (super chiant). L’histoire nous emmène dans une Suède alternative dans les années 80. De la vraie SF pour le coup, car des robots qui courent partout pour vous buter, cela ressemble pas trop à la vraie histoire du pays en 1980. On se dit « chic il va y avoir du loot, de l’exploration et du fun ». Alors oui, il y a les deux premiers, mais en pas bien fait et surtout il n’y a aucun fun.

Cela donne envie mine de rien

Je vais parler du point sympa du jeu à savoir la technique. Generation Zero est plutôt joli. Il est dans la case des jeux agréables à regarder avec des effets de lumières très sympas et une végétation bien foutue. Et puis c’est tout. La carte est vaste, mais les décors se répètent à l’infini. Le pire étant les bâtiments. C’est simple, on retrouve toujours les mêmes maisons avec les mêmes pièces, les mêmes textures, les mêmes meubles et LE MEME PUTAIN DE LOOT. Un truc de dingue. On se croirait dans un moment de « DEJA VU ». A ce niveau de copier-coller, c’est franchement affligeant. Ou alors, c’est pour nous rappeler qu’on joue au pays de IKEA… Allez savoir.

Ne pas bouger

Dans Generation Zero, on passe donc notre temps à marcher dans une grande map, avec parfois des maisons vides ou autres bâtiments. Et puis il y a des robots tueurs. Une fois que vous êtes repérés, ils vous traquent et veulent vous buter. Une astuce ? Mettez-vous dans un bâtiment, et tirer depuis la porte, vous ne risquez rien. Les robots sont comme les vampires : ils ne peuvent pas entrer si on ne les a pas invité. Enfin j’imagine, je ne parle pas le robot couramment. Vous comprenez que les phases intenses de shoot se transforment en ennui mortel. Alors je récapitule : map vide, décor répétitif, combat chiant, loot inintéressant… Vous l’aurez compris : Generation Zero est tout sauf sympa à jouer.

Là, Goma il fait caca

On a joué avec Goma en essayant de trouver un moyen de nous motiver à aller plus loin dans l’exploration. Mais non, rien n’y fait. A chaque nouvelle découverte, on a l’impression de revoir et refaire la même chose. Generation Zero est un beau gâchis. Dommage. Dans tous les cas, si vous êtes insomniaque, il peut être intéressant de vous intéresser à ce titre cela dit. Zzzzzzzzz

Generation Zero Note XboxOrNot

sur 100

Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.

Commenter

Participer à cette discussion.