Hell Warders - L'enfer est pavé de bonnes intentions !

Action et tactique font bon ménage ? ça dépend du jeu ! Découvrez donc ce que cela donne avec celui-ci !

Alors que DMC 5 me fait les yeux doux, je me lance sur Hell Warders. C’est simple, je sais que si j’attaque le dernier né de Capcom, j’aurais envie de rester dessus très longtemps. Du coup, avant de passer X heures à taper des démons, je me suis dit : « Jouons à Hell Warders pour… Taper des démons ».

Quel gros marteau !

Dans ce jeu, vous voilà du côté de la lumière et depuis que des failles démoniaques ont lâché les pires motha fucka de l’univers sur le royaume, vous avez du taf pour aider la déesse de la lumière et la princesse (qui parle à la déesse). Bref, en trois écrans et quelques lignes de textes, je suis prêt à pourfendre les ennemis.

Pour cela j’ai le choix en trois personnages : le guerrier de base avec son armure et son bouclier, je gros bourrin avec son gros marteau (uh uh uh !) et ses pièges et le pistolero du coin avec ses flingues. J’ai beaucoup aimé les deux derniers pour la gestion de la distance et mes plus grands exploits ont été avec eux. Mon côté hyène peut-être ? C’est utile car pour gagner, vous êtes balaise mais il vous faut des soldats. Ainsi, le côté hack & slash côtoie le tower defense. En tuant des ennemis, vous gagnez des orbes pour financer vos  nouvelles troupes ou augmenter leur force. A vous de choisir des lanciers, archers ou autres mages pour stopper l’avancée des ennemis vers votre crystal.

La technique de la roue infernale !

Dans les faits, ça marche pas mal, l’action est soutenue et assez bourrine. Entre deux vagues, on peaufine la stratégie et chaque niveau demandera des petits trucs pour espérer survivre. Les lanciers de base auront toujours leur utilité et votre personnage va également gagner un peu en puissance. Le jeu est donc agréable même si j’aurais aimé plus de capacité pour chaque personnage et une plus grande personnalisation. Nous nous retrouvons donc à bourriner les trois capacités de base et voilà. Cela reflète peut-être le côté un peu cheap des graphismes qui semblent presque débarquer de la génération précédente de console. Un peu baveux, un peu de pixels et pas hyper bandant.

Hell Warders reste un tower defense sympathique mais dont il faut garder en tête les limites.

Bon, mettez vous là les gars !

Hell Warders Note XboxOrNot

sur 100

Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !

Commenter

Participer à cette discussion.