Monster Boy and the Cursed Kingdom - La pureté de la nostalgie

Votre prochain jeu se nomme Monster Boy and the Cursed Kingdom.

Monster Boy and the Cursed Kingdom vous rappellera sans doute le remake de Wonder Boy sorti en avril 2017 et développé par Lizardcube. Le titre développé par Game Atelier fera vibrer les mêmes cordes sensibles. A tous les amateurs de plateformes 2D des années 90, bienvenue chez vous.

Jin et son frère Zeke assistent en début de jeu à la folie de leur oncle qui lance un sort à tous les habitants de Monster World les transformant en animaux. Jin sera transformé en petit cochon potelé et Zeke en petit dragon. Il ne faudra pas longtemps à Jin pour partir à l'aventure afin de trouver une solution au problème. Un mystérieux Mysticat le menacera de le mettre en prison pour complicité dans le malheur des habitants du village. Jin arrivera à convaincre le chat de le laisser l'aider à rétablir la situation à la normale. Mysticat l'enverra alors chercher les orbes légendaires permettant d'épurer le mal de Monster World.

Le charadesign du jeu est une très grande réussite.

L'histoire est simple mais on n'en demande pas plus pour un jeu de plateformes. Il y aura en plus quelques histoires annexes tout au long de notre quête donc on se régale bien de ce point de vue là. Le design du jeu est particulièrement réussi, mes captures d'écran ne me contrediront pas. C'est beau et coloré. Les niveaux sont lisibles et clairs, on sait où on doit aller et comment le faire. La difficulté résidera surtout dans le "y arrivera-t-on?". Monster Boy n'est pas simple, il faudra s'accrocher lors de certains passages. Heureusement pour nous, le jeu est pensé de manière à être le plus accessible possible mais pas trivial pour autant. Chaque ennemi vaincu laissera tomber des pièces ou des munitions pour les sorts. Les pièces pourront être utilisées pour racheter de la santé, acheter une vie extra en cas de trépas, acheter des munitions pour les sorts. Bref, les marchands permettront de vous refaire une santé en échange d'or. Cela permet aux joueurs d'assurer un peu leurs arrières pour les passages difficiles et d'avancer.

Notons également que lors de morts répétées au même endroit, Zeke passera nos déposer des cœurs après un certain nombre d'essais infructueux. Rien n'est fait pour nous faciliter la vie, mais rien n'est fait non plus pour nous la rendre imbuvable. Cela permet une avancée dans le jeu relativement uniforme avec un plaisir constant et quasi aucune frustration.

Il ne faut pas sous-estimer la puissance du fessier d'un cochon.

Durant son aventure Jin aura l'occasion de récupérer plusieurs orbes qui lui donneront la possibilité de prendre une nouvelle forme. Parmi celles-ci, nous aurons l'occasion d'incarner un cochon qui ne peut pas sauter très haut mais qui a du flaire et un fessier en béton, une grenouille qui pourra utiliser sa langue pour manger les petits monstres ou atteindre des zones jusqu'alors inaccessibles, un serpent pouvant se faufiler dans les petits recoins ainsi qu'un puissant lion pouvant courir à toute allure et tout défoncer sur son passage. Le reste sera à découvrir en jeu.

Chaque zone aura son boss de fin.

La prise de risque est fortement récompensée dans Monster Boy. Le royaume maudit regorge d'endroits cachés où il sera possible de trouver des coeurs supplémentaires pour augmenter la vie maximale de Jin, des truffes permettant d'apprendre ou d'augmenter le nombre de coup d'un sort, et enfin d'y trouver des pièces d'équipement enfermées dans des coffres ou à défaut, des gemmes permettant de les améliorer.

L'équipement occupe une part importante dans le jeu et c'est un gros point positif, comme si il n'en avait pas déjà assez. Jin peut avoir un nombre de pièces d'équipement relativement important pour le genre. Mais ce qui est génial par dessus tout c'est que chaque pièce a une réelle utilité. De plus, chaque pièce pourra être améliorée pour la rendre encore plus efficace sans être cheatée pour autant. Une armure au niveau max ne rendra pas Jin increvable. Elle permettra u joueur d'avancer plus vite c'est certain, mais ne torpillera pas l'expérience de jeu en rendant le tout trop facile.

Tous les items auront leur utilité. Ici, l'épée de glace permet de transformer l'eau de la chute en glace.

Grâce aux différentes formes récupérées tout au long de l'aventure, Jin enrichit son gameplay petit à petit comme vous pouvez vous en douter. Cela donne accès à d'autres façons de jouer mais également à des passages inaccessibles dans les zones précédentes. Les complétionnistes (j'appose un copyright sur ce nouveau mot) seront souvent amenés à revenir en arrière. La lassitude dans le gameplay ne s'instaure donc pas du tout, Monster Boy se paie le luxe de nous divertir jusqu'au bout sans laisser le temps à une routine de s'installer. Il faudra d'ailleurs régulièrement combiner les différents gameplay des formes débloquées afin de progresser. Et plus on a de formes, plus ces passages seront complexes. Mais ce n'est que pour notre plus grand bonheur. Une fois que le joueur arrivera à maîtriser les changements de forme avec le menu radia ou avec LB & RB, il pourra atteindre des sommets.

Monster World est vaste et bien pensé.

Les différentes zones de Monster World ont de fortes thématiques comme on a l'habitude de le voir dans ce genre de jeu. On a pas le temps de se lasser d'un environnement, on passe à autre chose rapidement. On en prendra toujours plein les mirettes, à aucun moment je n'ai ressenti une zone comme étant moins jolie ou moins réussie ou moins bien animée que les autres. La conception graphique est magnifique et d'un niveau constant tout au long de l'aventure. C'est un bonheur pour les yeux et les oreilles.

Notons également que l’enchaînement des écrans, comme on peut le voir sur la carte ci-dessus, constitue les zones du monde. C'est relativement bien pensé et les zones sont suffisamment connectées entre elle pour avancer rapidement d'un environnement à un autre. Des portails de téléportation pourront être débloqués au fur et à mesure de l'aventure ce qui nous permettra de nous déplacer encore plus rapidement pour revenir chercher un item inaccessible auparavant par exemple.

L'équipement est utile et améliorable. On aime ça!

Le contenu de Monster Boy est conséquent et saura nous tenir en haleine pendant une grosse quinzaine d'heures. Comptez quelques heures de plus pour une complétion totale. Si le jeu est abordable, certains passages seront retors pour tous et particulièrement les plus jeunes joueurs. Mais les réapparitions étant bien pensées, rien ne semble impossible dans Monster Boy à qui saura persévérer un minimum.

Truffe magique = pouvoir qui défonce.

Monster Boy and The Cursed Kingdom est un petit bijou et saura combler tous types de joueurs appréciant ne serait-ce qu'un peu les jeux de plateformes. Ne vous laissez pas avoir par son design enfantin, il est beau et difficile tout en restant abordable et relativement peu frustrant.

Un must have tout simplement.

Monster Boy and the Cursed Kingdom Note XboxOrNot

sur 100

  • Long et bon
  • Gameplay oldschool mais pas vieillot
  • Difficile mais pas frustrant
  • Accessible mais pas trivial
  • Superbe, un régal pour les yeux
  • De rares mouvements incertains
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.