Outcast - Hey yaaaaaaaa ! Hey noooooooooooo !

Outcast revient mais il aurait pu tout aussi bien rester dans l'imaginaire fantasmé des fans...

Les vieux s’en rappellent sûrement, les jeunes un peu curieux également, Outcast est un jeu d’aventure qui a marqué son temps en 1999. A l’époque, Cutter et ses lunettes, ça en jettait un max. Le jeu recevait récompense sur récompense mais cela n’a pas suffit. La compagnie n’a jamais pu développer la suite et puis voilà. Fin de l’histoire ? Sûrement sans le financement participatif qui a lancé un grand programme pour dépoussiérer Outcast. Voilà donc, en résumé, comment Outcast : Second Contact a vu le jour. Opération de lifting réussi ou bien Outcast aurait dû rester dans les légendes du passé et profiter de son aura dorée ?

Un peu de tourisme !

On retrouve la même intrigue. En gros, dans un futur proche (dans le jeu original, on parlait de 2007 mais c’est un peu périmé), on peut voyager dans une autre dimension. Mais la mission part en couilles et menace l’existence de la Terre à cause d’une sonde que l’armée a laissé là-bas. Heureusement, Cutter Slade, un marines formé à toutes les techniques de combat est envoyé avec des foutus scientifiques pour sauver le monde. Naturellement, la mission foire dès le début. Slade est seul et rencontre les Talans, les gars du coin. Il est vu comme le sauveur de leur propre monde comme le dit « la prophétie ». Voilà le pitch, on se dit pourquoi pas. Slade va pouvoir se balader à travers des portes des étoiles et mettre ses lunettes « futuristes ».

Le jab ! Tout passe par un bon jab !

On ne va pas revenir sur l’intrigue, c’est sympa, plutôt convenu sur certains points comme un bon film d’action et ensuite, on comprend vite que l’action n’est pas trop là. On est dans l’aventure, la découverte et pas mal de blabla. En même temps, c’est presque préférable car les déplacements et les combats sont clairement datés. C’est rigide, pas très dynamique et on se dit qu’un petit lifting du gameplay aurait été nécessaire. Certes, on a un jeu fidèle à son origine mais peut-être trop. Il ne suffit pas de rendre les graphismes colorés et sympathiques pour avoir un bon jeu. Il ne suffit pas de titiller la fibre nostalgie du joueur. Il faut également lui offrir un plaisir de jouer et accrocher les nouveaux venus. Car en l’état, c’est du blabla un poil chiant et des combats mollassons.

Où est SG-1 ?

Si on ajoute à cela une gestion un poil limite des sauvegardes, on a un jeu bancal. C’est dommage de perdre sa progression car on a mal orienté son stick et que l’on a lancé « nouveau jeu ». C’est dommage également d’une façon générale lorsque l’on voit que visuellement, le jeu a eu un lifting efficace. Tout est coloré, dépaysant et même si c’est un peu taillé à la serpe par endroit, on aime découvrir les temples, les montagnes, etc. Outcast : Second Contact n’est pas mauvais en soi, il propose une aventure intéressante dans des lieux intéressants mais il le fait d’une façon molle et datée. Si vous acceptez cet état de fait, ça ira, sinon…

Moment héroïque ?

Outcast Second Coming Note XboxOrNot

sur 100

  • Les lunettes du futur du héros !
  • Goût du voyage
  • Système de sauvegarde
  • Graphismes un poil à la serpe !
  • Gameplay daté
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !

Commenter

Participer à cette discussion.