Overcooked 2 - A consommer sans modération

Ding! Le jeu est tout chaud, à peine sorti du four, la cuisson est parfaite, il est temps de commencer à savourer ce petit bijou indé.

Tout d'abord, si vous ne connaissez pas Overcooked, je vous renvoie sur le test de Riggs (lien) pour le premier qui est toujours un vrai régal à jouer. Pour le joueur motivé et néophyte, il conviendra d'ailleurs de commencer par le 1 car le 2 ajoute des mécaniques de gameplay.

La dreamteam est de retour! Je l'attendais de pied ferme ce deuxième volet.

Overcooked c'est la représentation vidéoludique des phrases suivantes, "Catastrophe en cuisine", "Les normes d'hygiène on s'en tamponne", "The roof is on fire, let the motherfucker burn!". On est clairement pas là pour apprendre à cuisiner, on est plus là pour apprendre à détester ses potes en essayant d'organiser une cohésion potable. C'est déjà le pied quand c'est un bordel monstre en cuisine, mais quand ça file droit, Overcooked devient un jeu à la logistique complexe où la moindre optimisation de temps peut avoir un impact sur le score final.

Nous sommes de retour dans le royaume Oignon. Dans une version plus belle et plus travaillée.

Le jeu est jouable en solo mais révèle tout son potentiel à plusieurs. Seul, le joueur aura le contrôle de deux cuisiniers, la touche LB permet de passer de l'un à l'autre pour leur attribuer des tâches à tour de rôle. Si ce mode en amusera probablement certains, il est totalement inintéressant pour 90% des joueurs qui viennent en cuisine pour de la coop. Chaque joueur, jusqu'à 4 en local comme en ligne, incarne un personnage. L'équipe de cuistots devra prendre ses marques dans la cuisine, chaque niveau en a une différente. Elle devra cuisiner les commandes qui défileront en haut de l'écran leur indiquant quoi cuisiner et comment le préparer. Les légumes devront être découpés sur la planche avant d'être grillés ou bouillis dans une marmite, les viandes seront attendries puis ensuite cuites dans une poêle, les frites et le poulet seront passés à la friteuse, etc... Par rapport au jeu original, on notera l'arrivée des sushis et des légumes cuits à la vapeur qui amènent leur lot de nouveautés en cuisine.

Les nouvelles cuisines sont magnifiques.

Chaque action prend du temps. Certaines nécessitent la participation du chef comme couper un concombre et d'autres comme les cuissons permettent de faire autre chose en même temps. Il faudra tout de même faire attention au temps de cuisson sinon c'est le feu de cuisine assuré et la galère qui commence.

Pour ce qui est des cuisines elles-mêmes, on notera une nette amélioration graphique avec des couleurs superbes et des animations rigolotes un peu partout. Bien sûr, c'est Overcooked et les cuisines restent toujours complètement WTF, seuls les vrais cuistots réussissent à fournir toutes les commandes dans de telles conditions. Ca tombe bien, vous êtes là! Mais le roi Oignon ne fait pas appelle à vos loyaux services une nouvelle fois uniquement pour vos beaux yeux et vous faire voir du pays dans votre camping car de hippie. Suite à une belle boulette du roi (référence pour qui aura terminé le 1), lors d'une lecture du Necronomiamiam, celui-ci réanime tous les zomb'mies à la vie. Tranches de pain de mie et petits pains zombifiés se baladent partout dans le royaume avec une faim insatiable.

Les niveaux sont toujours très inspirés et tout est pensé pour vous casser les œufs.

Mais le roi Oignon n'a toujours pas une grande confiance en vous et vous envoie donc faire vos preuves avant d'attaquer les zomb'mies. Tant mieux, cuisiner en lieux hostiles nous on aime ça.

Les premières nouveautés visibles sont l'amélioration graphique du jeu qui est encore plus coloré que son aîné et offre des graphismes plus fins avec des animations plus détaillées également. C'est beau, c'est simple, c'est gentillet mais on en prend plein les mirettes quand même. Les premiers niveaux feront office de didacticiel, particulièrement le premier qui est d'ailleurs le... didacticiel... On apprendra par la suite à lancer les produits mais seulement les crus. C'est la nouveauté de ce volet qui devient très vite tout aussi indispensable que le dash pour les cuistots pressés de s'envoler vers les trois étoiles de fin de niveau voire bien plus haut. Imaginez un peu le rêve, lancer une tomate à votre pote ou lancer un steak attendri directement dans la poêle. Ça vous fait baver hein? Bah croyez moi, ça change la façon d'appréhender certaines situations.

Les zomb'mies nous observent! Il n'y a pas intérêt à se planter dans les commandes.

Les niveaux de Overcooked 2 offrent des environnements différents du premier. N'ayant pas encore atteint la toute fin du jeu, j'ai cependant avancé jusqu'au niveau 5-4 et je peux dire que je regrette les niveaux bateau pirate et glace du premier volet qui étaient une prise de tête juste hallucinante niveau logistique mais un vrai régal à jouer quand tout se déroulait comme dans du beurre. Les environnements sont travaillés et sont tous agréables à jouer. On y trouve des nouveaux éléments de gameplay, parfois un peu hard core comme dans les niveaux de Kévin, le chien du roi Oignon, où la mort nous guette à chaque pas. Le feu prend une place entière dans certains niveaux et l'extincteur n'est plus juste un simple objet de décoration qui prend un emplacement de plan de travail tant convoité. Moi perso, je le fous parterre systématiquement.

Etant un joueur qui a limé le premier 2 fois de A à Z en coop à 2 avec ma nana, j'ai trouvé l'entrée en matière d'Overcooked 2 peut être assez difficile pour un grand débutant. Cela justifie d'une certaine manière l'intérêt de jouer encore au premier et permet aux vieux de la vieille bien rodés de commencer avec du concret après seulement quelques niveaux. C'est cependant un sentiment qui s'estompe car la courbe de progression est moins abrupte que dans le premier où on sentait clairement un gap entre le premier niveau d'un monde et le premier niveau du monde suivant.

Ne dites pas ça roi Oignon, vous allez me faire pleurer.

C'est en tout cas le ressenti que nous avons eu ma compagne et moi. Mais le plaisir du jeu est bel et bien là. Chaque cuisine nécessite une nouvelle organisation à mettre en place pour faire péter le score!

On peut cependant certainement compter sur les deux talentueux développeurs de Ghost Town pour nous sortir un ou deux add-ons avec des niveaux complètement barrés comme c'était le cas pour le premier. La difficulté, pour le coup, là elle augmentait plus d'une marche, c'était de deux ou trois étages.

En tout cas ils ont écouté leur communauté de joueurs et ont ajouté le mode en ligne qui permet de jouer avec ses amis ou des inconnus à distance. J'ai pu constater de très légers soucis de lag. Était-ce du à ma connexion (fibre) ou au jeu? Je ne sais pas. Mais cela n'a été que ponctuel et ne m'a pas dérangé dans mes actions.

Dans le mode duel certaines actions sont plus longues et des parties de cuisines sont partagées avec l'équipe adverse. Attention à ne pas se faire piquer les tomates découpées avec amour!

Overcooked 2 est un excellent jeu de coop en ligne ou en local qui vous procurera des fous rires mémorables entre potes, cela ne fait aucun doute. Il conviendra aux acharnés de l'optimisation pour améliorer le score comme aux joueurs occasionnels tellement sa prise en main est simple. L'aspect tout mimi tout gentil encourage le jeu en famille pour passer des bons moments.

C'est également un jeu où les rageux et les joueurs désirant tout maîtriser se révéleront et c'est ça qu'est bon. Il suffira d'un bon dash bien placé pour pousser les casse noisettes dans le vide! Hahaha, aucune pitié en cuisine. Et les commandes des clients? Les commandes?! Merde ma pizza va cramer!!!

Overcooked 2 Note XboxOrNot

sur 100

  • C'est beau et coloré
  • La coop simple et pure
  • Niveau nombreux
  • Multi en ligne!
  • Progression de la difficulté bien dosée...
  • ... mais moins difficile que le premier.
  • De rares bugs de collision
  • Encore quelques imprécisions quand on attrape un objet
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.