Pipe Push Paradise - Viens poser ton flow

Venez prendre un cours de plomberie pad en main. Après ça, plus aucun tuyau n'aura de secret pour vous.

Quand j'ai vu Pipe Push Paradise dans la liste des futures sorties dans le store, je me suis dit que si XON l'avait à tester, ce serait pour moi. Ça n'a pas loupé et c'est tant mieux car l'exploration de tuyaux ça me connait.

A première vue, Pipe Push Paradise peut paraître simpliste voire même minimaliste. Ce n'est pas faux d'une certaine manière. Mais tirer cette conclusion trop hâtive reviendrait à ce fier à ce que la boîte nous montre et non à ce qu'il y a à l'intérieur.

Hey le vieux réveille toi il y a un bouchon dans le siphon.

Certes, les graphismes du jeu sont simplistes mais j'ai envie de dire, ils font tout à fait le taf. Pourquoi nous balancer de la poudre aux yeux quand ce que nous avons ici suffit largement à avoir une excellente lisibilité des différents niveaux. Honnêtement, c'est ce qui compte au niveau du design.

Nous incarnons une petite fille brune au Tshirt rose. Elle devra faire en sorte d'amener une flux d'eau d'un point à un autre sur l'île. Ouais... vous avez bien lu... sur une île. Mais ne cherchons pas pourquoi faire circuler de l'eau dans un tuyau sur une île bordée de milliards de litres d'eau a un intérêt quelconque pour elle.

Le paradis du tuyau.

L'île représente la totalité des niveaux qui se suivent d'une manière logique. On a l'impression de réparer un seul et unique tuyau mais en 47 endroits différents. 47 étant le nombre de niveaux au total.

Des barrières nous empêcheront d'avancer trop vite. Avant d'apprendre à courir il faudra apprendre à marcher. C'est pas plus mal pour nous, la montée en difficulté se voit plus douce et certains niveaux nous permettent d’appréhender de nouveaux concepts avec des énigmes simples.

Bizarrement, chaque niveau paraît plus simple qu'il ne l'est réellement.

Dans Pipe Push Paradise, nous déplaçons notre personnage de case en case. Petit bémol sur ce point d'ailleurs, la maniabilité au stick est un poil trop sensible, la fillette aura tendance à faire des bonds de deux cases. La contrôler à la croix multidirectionnelle corrige ce problème. Lorsqu'elle avance vers un tuyau, elle le poussera d'autant de cases qu'elle pourra se déplacer dans cette même direction. Chaque niveau étant bordé de clôtures, elle ne pourra pas non plus aller bien loin avec.

Tous les niveaux sont constitués d'au moins une arrivée d'eau et au moins une sortie d'eau. A nous de manipuler les tuyaux pour faire en sorte de rejoindre les deux bouts.

Les choses se compliquent rapidement. D'une par avec la forme des zones de jeu. Leur délimitation prend souvent des formes bizarres qui obligeront le joueur à se triturer le cerveau pour trouver le pattern de déplacements à suivre.

Des barrières nous obligent à finir des zones avant de passer à la suite.

Autre concept qui arrivera tôt dans le jeu, les tuyaux coudés. Ceux-ci, en fonction de l'emplacement de poussée exercé par la filette, auront la possibilité de se relever. Prenons par exemple un tuyau en forme de L. Si le joueur pousse sur la barre verticale du L vers la droite, le L avancera tel quel à droite. Si le joueur pousse le L vers la gauche, la barre horizontale se relèvera. Ce qui donnera au contact du sol une barre de L en forme de I ainsi qu'un bout de L érigé vers le haut.

Imaginez le même concept avec des tuyaux en forme de S, de T, etc... On obtient une richesse de gameplay inattendue pour ce genre ainsi qu'une grande variété de défis à relever. Les niveaux sont difficiles dans Pipe Push Paradise et c'est tant mieux. On adore les jeux qui font réfléchir et encore plus ceux où on a l'impression d'avoir le cerveau qui chauffe de trop. Pipe Push Paradise mettra votre réflexion à rude épreuve.

Pipe Push Paradise Note XboxOrNot

sur 100

  • Easy to play, hard to master
  • Difficulté crescendo
  • Fait travailler les méninges
  • Il faut aimer les tuyaux
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.