Soul Calibur 6 - Saoûle de plaisir !

Le retour de la saga culte ! Après un épisode 5 qui m'a laissé un goût bien amer, j'attends cet épisode au tournant !

Namco Bandai sait faire des jeux de baston. Ils l’ont prouvé maintes fois et l’an passé, c’est Tekken 7 qui a été leur petit bijou de baston. Cette année, ils reviennent avec Soul Calibur 6. En soi, je suis content car j’aime la série. En vérité, je devrais dire que j’aime la série autant que je peux parfois la détester. Pour moi, après l’épisode 3, nous avons eu deux épisodes dispensables voir médiocres. Nous avions perdu le sel et le fun de la série. Le passage sur 360 n’avait pas réussi à la saga. Du coup, après un Tekken 7 fort distrayant, j’ai bon espoir en ce qui concerne Soul Calibur sur One. Ai-je raison de fonder autant d’espoir ?

Toujours regarder son adversaire dans les yeux...

Soul Calibur 6 ou SC6 pour les intimes, c’est un jeu de combat en 3D avec des armes. Sabre, nunchaku, bâton, fouet, etc. Tout y passe ou presque et ce qui m’a plu dans la série, c’est le côté accessible mais technique. Le débutant peut s’éclater, le pro y trouvera des subtilités. En plus, le jeu offre des textures léchées. Bref, j’attends la même chose sur SC6. Techniquement, déjà, c’est beau. Ce n’est pas forcément à se taper le cul par terre dans certains environnements mais honnêtement, c’est super plaisant de regarder une partie de SC6. Musiques grandioses, détails des costumes et effets spéciaux en pagaille, il est facile de dire que nos yeux sont bichonnés. Pour râler (puisqu’il le faut bien), les temps de chargement sont pénibles. Il y en a pour tout et n’importe quoi. Une fois le combat lancé, ça dépote mais avant le combat… Il faut patienter pour choisir un perso, choisir une couleur, choisir… Bref, des petits temps de chargement à droite et à gauche qui sont un poil pénibles. Ce constat est pire en mode création où il n’y a pas de prévisualisation. Il faut reconnaître la petite photo de l’élément ou bien le choisir, attendre puis en choisir un autre…

J'ai une capuche mais je ne suis pas un assassin !

Mais mis à part ça, les combats sont superbes. Cela tient également à un gameplay qui envoie du pâté. L’épisode 5 était horrible avec ses personnages incapables de se bouger le fion et d’enchaîner deux mouvements. Ici, c’est corrigé ! Les personnages enchaînent avec naturel les coups, tout sort facilement et c’est un régal pour la rétine et le plaisir de jouer. Ivy est redevenu un plaisir de jouer puisqu’elle utilise son fouet avec efficacité et facilité. J’ai apprécié également le travail pour bien marquer les différences entre Kilik et Seong Mi-Na. Ainsi Kilik utilise les deux extrémités de son bâton pour un jeu proche plus vif tout en gardant la versatilité de son bâton. Mi-Na de son côté utilise la hallebarde avec toute son allonge et un jeu avec la lame très plaisant. De plus, s’il est vrai que certains personnages sont plus techniques que d’autres, ils ont tout de même des mouvements de bases qui séduiront. Le jeu m’a même réconcilié avec Nightmare et son style brutal !

Ce jeu donne un coup de fouet !

Qui dit jeu de combat dit casting : vingt perso pour le moment plus ceux qui débarqueront ensuite dans le season pass comme Tyra. Grosso modo, nous retrouvons les styles et les perso les plus sympa. Certes, les styles de Setsuka ou Yun-Seong sont manquants mais j’ai bon espoir de les retrouver. En attendant, nous avons les principaux et quelques nouveaux. Ainsi, Grøh s’invite à la fête. Il fait les mystérieux mais le « suédois » du jeu a une double lame qu’il manie comme un Darth Maul ou un Cao Pi (choisissez votre référence). Bref, un style indéniable et un petit bonheur. Azwel fait figure de méchant mystique. Il manipule les armes diverses mieux que Necrid ou qu’un Noctis de Final Fantaisy. Je parle de Noctis car Azwel fait flotter tout un arsenal autour de lui. Mais côté look, c’est un croisement improbable entre Raspoutine et Valldar (de Fire Emblem). J’avais peur d’un perso qui invoque des armes, j’ai toujours eu du mal à les apprécier en combat. Ici, Azwel fait bien les choses grâce à un système de jeu accessible et spectaculaire.

Parle à ma main !

Qui dit casting, dit aussi invité de marque. Après Yoda ou Ezio ou encore Spawn, nous avons le droit à Geralt de Riv. Le witcher aime aller dans des mondes parallèles alors celui de Soul Calibur devrait lui plaire. Son style est fidèle à ses origines avec des grands mouvements d’épée et des signes magiques. Il est spectaculaire et semble être né pour être dans ce jeu. En gros, pas d’erreur de casting ou de personnage pas rigolo à jouer. J’ai tâter chaque personnage et j’ai pris du plaisir avec tous.

Il faut pas traiter Groh de Gros !

Pour finir sur le gameplay (c’est le cœur d’un jeu de combat), vous avez les mécaniques de la série avec guard impact et autre finisher mais vous avez également le reversal edge. Un type de mouvement qui ralentit le temps et vous lance dans une sorte de pierre, feuille, ciseau, lézard, Spock comme l’ennemi. En effet, outre les trois coups, vous pouvez vous protéger ou esquiver mais garder en tête que le coup horizontal est battu par le vertical qui est battu par le coup de pied qui est battu par l’horizontal… Dans les faits, ce sont des mouvements de combats hyper spectaculaires qui ajoutent de l’intensité aux combats. Quand on sait que les coups sont encore plus efficaces dans ce jeu, l’intérêt de bien placer sa frappe devient primordiale.

Mitsurugi va prendre cher après cette belle esquive !

Bon, vous kiffez les combats ? C’est bien mais il vous faut aussi quelques modes de jeu rigolo ? Pas de mode « infini » à la Tekken pour gagner des grades. Ici, les combats d’épée, ça ne rigole pas ! Il y a donc un mode histoire très complet qui vous invite à revivre les événements des jeux. Une trame principale et une trame par personnage. Cela laisse de quoi s’occuper. Dommage que certains chapitres soient seulement des chapitres de blabla ! Ainsi, il peut arriver de ne pas combattre pendant quinze minutes !!!! Bon, j’ai le mode balance des âmes pour me rattraper ! Comme dans Soul Calibur 3, je me crée un avatar et je pars vivre une grande aventure ! Ici, je suis directement aux prises avec l’intrigue des Soul Calibur. Je vais donc être aux premières loges pour le meurtre des potes de Maxi et pour vivre tout un tas d’autres choses. Défendre la veuve et l’orphelin ou bien céder à Soul Edge et tout détruire, c’est ce qui vous attend. Un mode rigolo bien plus passionnant que le mode histoire. Autrement, vous aurez un mode arcade ou un mode versus ou même entraînement. En gros, du classique mais cela fait le job. Le mode création est toujours là mais il est plombé par les temps de chargement. De plus, depuis quelques épisodes, ce mode s’encroûte un peu. Il y a du mieux avec le choix d’un race (lézard, humain, statue, automate, vampire, démon, etc.) mais à part ça, nous ne nageons pas dans la myriade de personnalisation. Il manque des barbes, des costumes ou davantage d’apparence d’arme pour véritablement apprécier ce mode. Cela dit, les pro du genre trouveront de quoi faire. Je peux recréer Chakan que les vieux de la vieille apprécieront !

Soul Calibur 6 nous en met plein la vue. Difficile de lâcher le pad tant les combats envoient du lourd. Certes, les temps de chargement sont pesants et le mode histoire est un peu embêtant mais il faut bien râler un peu. Mais malgré cela, cet épisode est un grand épisode !

Juste une mise au poing ?

 

Soul Calibur 6 Note XboxOrNot

sur 100

  • C'est beau !
  • Mode Balance des âmes !
  • Ivy est au top !
  • Gameplay aux petits oignons
  • Euh... Le blabla du mort histoire...
  • Mode création un peu léger
  • Temps de chargement !
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !

Commenter

Participer à cette discussion.