Battlefield : Hardline - Les ripoux version US

Un Battlefield au mois de mars, c’est Noël avant l’heure. Hardline étant un spin-off de la série, il est plus prudent d’éviter le rush de fin d’année. Moi, je m’en fous tant que je m’amuse avec mon fusil à pompe !

Battlefield : Hardline est développé par les petits de gars de chez Visceral Games, le studio responsable de Dead Space. D’ailleurs, petit clin d’œil dans un niveau, il y a des gardes qui jouent à Dead Space 2 sur un grand écran. C’est cool. Bon, revenons à nos moutons. Les épisodes décalés de la série Battlefield nous ont offert les très sympas Bad Company. Mais ces derniers étaient très proches du jeu original dans le concept (le côté scénarisé en plus) avec des dialogues marrants en rab. Ici, on s’éloigne des conflits militaires pour intégrer les forces de l’ordre. Pour le coup, c’est un vrai spin-off.

Allez me flingue pas mon frère

Le scénario du titre nous plonge dans la noirceur du job de flic, dans la police de Miami, en incarnant le personnage de Nick Mendoza. Notre avatar est un flic droit dans ses bottes, qui n’aime pas la corruption et compagnie alors bien entendu, l’histoire va jouer à fond la carte de la police corrompue jusqu’à la moelle. Un prologue suivi de dix chapitres qui nous emmèneront pour environ 10/12 heures de durée de vie en mode Vétéran pour ma part (c’est le niveau de difficulté maximale disponible au début). En finissant le jeu, on débloquera un nouveau mode de difficulté appelé sobrement Hardline, histoire de tenter de finir le jeu à 100%, tout en luttant un peu plus que lors de notre première partie. J’ai bien aimé le scénario : c’est conventionnel, cela rappelle les séries TV américaines sur les flics mais les environnements sont variés, les situations aussi, avec de l’infiltration, des moments de gros gunfights et des courses poursuites en bagnole. On ne s’ennuie pas et c’est le principal.

Plus un geste Tiger !

Techniquement le jeu est dans la bonne moyenne. Ce n’est pas à tomber à la renverse mais cela reste agréable à regarder. Les effets de lumière tiennent la route, le Levolution est plutôt discret mais quand il y a un script qui envoie de la purée, ça fait plaisir et les cinématiques sont de très bonne qualité avec une modélisation des acteurs haut de gamme. On sent quand même que Visceral Games n’est pas habitué, comme DICE, à maitriser le Frostbite 3 mais quoiqu’en dise mes confrères, Battlefield : Hardline est un jeu qui tient la route graphiquement. En plus, je n’ai pas rencontré de bugs, on sent que le titre a profité de son report pour se stabiliser et c’est une bonne chose !

Ca sent le sapin cette histoire

Le gameplay nous permet de la jouer à la Battlefield avec de nombreuses armes à débloquer : du fusil d’assaut au fusil à pompe en passant par le sniper. Mais afin d’arrêter des criminels recherchés et de résoudre les enquêtes en trouvant des objets grâce à notre super smartphone 3.0, il va plutôt falloir se la jouer infiltration. On se croirait dans Far Cry 4 lorsqu’on essaye de prendre possession de camp de base. Ici, on peut désactiver des alarmes, jeter des douilles pour divertir l’ennemi, etc. Si on pompe les bonnes idées des copains, moi je dis pourquoi pas. Après, on peut pester sur l’IA des ennemis qui ne volent pas bien haut même en Vétéran, mais bon, il y a suffisamment d’ennemis pour s’occuper sur les différentes maps.

La police c'est moi!!!

En plus du solo qui est donc plutôt de bonne facture, Battlefield : Hardline nous offre un contenu plutôt conséquent en multi-joueurs, le point central de la saga. On s’éloigne encore une fois de l’essence pure de la saga avec des environnements plus petits mais le gameplay est toujours aussi réussi. Du coup, cela apporte un peu de fraicheur pour une licence qui tient toujours la route une fois le pad en main. On pourra par exemple se la jouer Counter Strike avec les missions VIP, ou encore à la PAYDAY avec les parties du mode braquage. Alors certes, on perd la grandeur des champs de batailles à 64 joueurs dans des déserts immenses mais pour cela, on a Battlefield 4 qui fait très bien le boulot. On reproche souvent au Call of Duty de faire du copier coller, au moins ici, on peut parler de nouveautés et de prises de risque (mesurées tout de même).

Tout va bien, jusque là en tout cas

Battlefield : Hardline est un jeu très sympa qui pourra vous occuper un bon petit paquet d’heures en solo et en multi. Ce n’est certainement pas l’épisode ultime de la saga mais il fait le boulot et plutôt de bonne manière. Avec une histoire un peu chiadée, une IA moins aux fraises et un Levolution plus utilisé, on aurait sans doute dit que DICE pouvait laisser la saga à Visceral Games. Mais en l’état, cela reste un jeu à faire pour passer de bons moments et c’est déjà pas mal. En tout cas, j’ai apprécié mon séjour dans la police de Miami dans la peau de Mendoza.

Allez Raymond, on remballe

Battlefield : Hardline Note XboxOrNot

sur 100

  • Campagne plutôt longue et variée
  • Gameplay toujours au top
  • Un spin-off qui tient la route
  • Multi complet
  • Une IA un peu aux fraises
  • Cela manque de Levolution
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.