Call of Duty : Vanguard - Soldat Riggs au rapport !

Call of Duty revient à ces premiers amours : la Seconde Guerre mondiale. Est-ce une bonne chose ?

En 2017, Activision avait renvoyé Call of Duty à ses origines, à savoir les combats pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est la période qui a lancé la saga et l'a fait connaitre du grand public avant le raz-de-marée Modern Warfare. J'avais été un peu frileux lors de la sortie cette année-là de Call of Duty World War II, mais au final, ce fut une très bonne surprise. Oui, car je préfère les COD contemporain : Modern Warfare ou les premiers Black Ops par exemple. Mais Call of Duty 2 était un régal à l'époque également, donc bon pourquoi pas. Et bien COD WWII m'avait vraiment plu. Du coup, j'espère que 4 ans plus tard, en 2021, ce nouvel épisode qui se déroule pendant la guerre de 39-45 va me faire kiffer ma séance popcorn manette en main. Alors que vaut ce Call of Duty : Vanguard ?

Dans les flammes

Dans ce nouvel épisode, on va prendre le contrôle d'un groupe de soldats venus de différents pays pour faire face à une grande menace planétaire. En 1945, le 3ème Reich est entrain de sombrer et Hitler vient de se suicider, mais un mystérieux Projet Phoenix semble grandir dans l'ombre, pour tout simplement mettre en place un quatrième Reich. Du coup, une équipe des forces spéciales des alliés est formée pour rapidement contrecarrer ce plan. La première mission va bien entendu partir en sucette, et notre équipe sera arrêtée. Les nazis chercheront à avoir des réponses en interrogeant les membres de la team, et pendant ce temps, nous prendrons connaissance de ces personnages au fil de missions qui se sont déroulées plus tôt pendant la guerre. On basculera entre le sergent Arthur Kingsley, le britannique et surtout narrateur de l'aventure, le lieutenant Polina Petrova, la russe très agile pour le parkour, le lieutenant Wade Jackson l'australien et brillant pilote d'avion, et enfin le soldat Lucas Riggs, mon chouchou vu le nom, l'américain casse-cou et bourrin de la team. 

Viser, tirer, tuer

La structure de la campagne est assez décousue. Le principe de jouer sur la timeline entre les moments du présent qui font avancer l'histoire, et les séquences individuelles des membres de l'équipe dans le passé, permet de varier le rythme. Par contre du coup, les missions où la team est au complet se compte sur les doigts d'une main. En gros, une au début du jeu et une autre à la fin. Les personnages sont plutôt attachants je trouve, mention spéciale pour Polina dont la trame est un peu plus travaillée que pour les autres persos, avec une séquence assez intense à Stalingrad. Bizarrement, j'ai l'impression qu'au début du développement du jeu, il avait envie de proposer un jeu coop à 4. C'est à la mode après tout. Pourquoi je dis cela ? Car chaque personnage à sa propre compétence et cela pourrait amener un intérêt dans le gameplay si on pouvait jouer en coopération. Polina peut grimper et prendre de la hauteur, Riggs peut porter plusieurs types d'explosifs, Jackson peut se concentrer et viser rapidement les cibles et enfin Kingsley peut donner des ordres. Bon au final, cela reste limité, et le jeu est scripté à mort comme d'habitude, donc je pense que c'est une idée qui est passée quelques instants sur la table pendant le développement et puis basta, on reprend les vieilles habitudes. Cela ne me dérange pas, j'aime Call of Duty pour sa campagne scénarisée, scriptée, et sans temps mort.

Il y a toujours des flammes dans ce jeu

Et c'est le cas, j'ai globalement apprécié parcourir la campagne solo de Call of Duty : Vanguard. Le rythme est plutôt bon, il y a quelques séquences intenses, et globalement, on en prend plein la tronche. Alors oui, le moteur de jeu n'a pas beaucoup évolué, le côté cross-gen ne permet pas de faire de vague, mais c'est maitrisé. On reprend la très bonne base du reboot de Modern Warfare, du coup, c'est beau, c'est net, et c'est fluide. Dans cette version Xbox Series X, les cinématiques sont impressionnantes de réalisme, les visages sont vraiment réussis je trouve. Pour les séquences ingame c'est du solide. Les textures sont nettes, les effets de lumières font le job, non franchement il n'y pas grand chose à redire. On est en terrain connu, mais les développeurs maitrisent leur moteur, donc cela permet de rester intéressant visuellement. La bande son est également de qualité, avec des doublages en français de bonne facture, des bruitages efficaces et une musique franchement réussie. Un petit mot sur le gameplay : c'est du Call of Duty. On prend la manette, on joue, aucun problème c'est du classique : précis, prise en main immédiate, rien à redire. Niveau durée de vie pour la campagne, comme d'habitude vous pouvez compter 6 heures pour un premier run. 

Un peu de combat aérien

Malgré toutes les qualités de cette campagne solo, je n'ai pas eu un effet waouh. La faute sans doute à un sentiment de déjà-vu très présent mais également à cause d'un scénario pas des plus marquants. J'ai passé un moment très sympa pendant la campagne, mais mise à part quelques séquences, il n'y a rien de mémorable. C'est joli, efficace et cool à jouer, mais il y a eu mieux dans la saga. Ce n'est pas le meilleur épisode à mes yeux. Après en plus du solo, on retrouve bien entendu le gros morceau du multi-joueurs et du mode Zombie. Pour le multi, vous le savez, c'est moins ma tasse de thé. Par contre il y a tout de même quelques trucs cools. Tout d'abord, certains éléments du décor sont destructibles. Ce n'est pas extraordinaire mais cela rend les combats plus intéressants et plus tactiques. Les autres nouveautés sympas sont dans les nouveaux modes Patrouille et Champion de la Colline. Dans le premier, il faudra capturer une zone circulaire et la tenir coute que coute pendant qu'elle se déplace sur la map. Dans le second, plusieurs équipes de 2 ou 3 joueurs s'affrontent dans des petites arènes puis à chaque round les éliminés se retrouvent dans un hub central pendant que les autres se foutent sur la tronche. Ces deux nouveaux modes sont rafraichissants. Bon après, il faut aimer le multi de COD bien entendu.

Lui il va s'en prendre une

Du côté du mode Zombie, pour le moment il semble light et il faudra attendre un peu pour voir comment cela évolue. On sent que les développeurs veulent le transformer en une sorte de roguelite, pourquoi pas, mais en attendant, il n'y a pas grand chose à faire. On enchaine des sessions de vagues pendant 15 minutes et puis basta. Bref, je n'ai pas trouvé cela très passionnant et plutôt creux pour le moment. Enfin un petit mot pour le mode Warzone, la nouvelle map arrivera en décembre, à voir dans le temps si elle est intéressante sur le long terme. Bref, vous l'aurez compris, Call of Duty : Vanguard est un COD classique et assez solide. Il se contente de faire ce qu'on lui demande. Quelques nouveautés sont agréables mais on sent quand même que c'est un épisode de transition car il n'y a pas de révolution ni grosse prise de risque. De mon côté, j'ai apprécié la campagne mais elle manque d'un petit "je ne sais quoi" pour vraiment rester marquante pour le joueur.

Le chef de la bande

Au final, de toute façon, les fanboys de Call of Duty n'auront pas attendu mon test pour se le procurer. Par contre pour ceux qui seraient encore hésitant, Call of Duty : Vanguard  est un jeu à faire en mangeant du popcorn entre deux séquences scriptées. J'appelle ça un jeu "vite acheté, vite joué, vite échangé". La rime, c'est cadeau !

Call of Duty : Vanguard Note XboxOrNot

sur 100

  • Techniquement agréable
  • Bande son
  • Gameplay bien huilé
  • Les nouveaux modes multi
  • On sent le côté cross-gen
  • Campagne sympa mais pas ouf
  • Mode zombie en kit
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.