Cloudberry Kingdom - Le Super Moche Bros. pour hardcore gamers

Cloudberry Kingdom est un petit jeu à la con qu'on peut trouver sur Facebook ou sur son Iphone, pour passer le temps en se disant que c'est moche mais bon, c'est gratuit et ça passe le temps. Ah non... on me dit dans l'oreillette que c'est une nouveauté payante du XBLA. Oups...

J'ai lancé Cloudberry Kingdom tranquillement installé dans mon canapé, et là, j'ai eu un vide lors du premier niveau. Un vide sous mes pieds. Un vide dans le regard. Oui, pendant un instant, je me suis demandé ce que je foutais là. La première réaction que j'ai eu en jouant à ce jeu est simple. Elle se résume en quelques mots : "C'est quoi cette merde???". J'ai respiré un grand coup, puis j'ai entendu la musique du niveau... et j'ai dit "Non mais sérieux, c'est quoi cette daube ???". Et puis j'ai joué, j'ai poussé le test plus loin que l'aspect visuel et sonore. Non car bon, comme on dit, il y a pas que le physique qui compte... Ouais enfin quand même, Cloudberry Kingdom part avec un sacré boulet au cul sur ce plan là. Ce jeu est d'une pauvreté graphique affligeante. On dirait un portage rapide d'un jeu flash dans le genre des pingouins qu'on doit balancer avec un yeti. J'exagère pas, c'est franchement laid. Et la musique, mon dieu... J'ai encore les oreilles qui saignent. Mais bon, allez, on ne sait jamais, je n'adhère peut être pas au trip esthétique et sonore de Cloudberry Kingdom. Ce dernier a juste un style simple et dépouillé, c'est pas si terrifiant. Peut-être en effet... Ou pas.

Mario, un vrai moustachu, il n'a pas peur de crever pour une cause!

Le principe de Cloudberry Kingdom est simple : un jeu de plateformes tout bête où les niveaux s'enchainent à un rythme effréné et où la difficulté est vraiment présente, au point d'avoir envie de se suicider au bout du centième "retry" sur un stage. Voilà pour la présentation bête et méchante. Heureusement, en lançant le mode histoire, on va découvrir que Cloudberry Kingdom est un peu plus riche que ça, et que c'est limite du puzzle game à la sauce plateforme. Bon il faudra subir des cinématiques à gerber, où les animations sont dignes des pires jeux MegaCD... Au fil des niveaux, notre personnage aura des capacités particulières, comme avoir un double saut, un jet pack ou encore pleins de trucs fufu la moquette, comme une gravité inversée. Comme les niveaux sont générés aléatoirement, je peux vous le dire, si vous aimez en chier dans le genre, vous allez avoir mal au cul à force de recommencer des passages super serrés où le timing est intransigeant. Cloudberry Kingdom n'est pas un jeu accessible, il faut vous mettre ça dans le crane. Le gameplay est pourtant très simple d'accès, car en gros, on ne peut que se déplacer et sauter, et heureusement, pour le coup, la réactivité du personnage est bonne. Mais, on ne va pas crier au génie non plus pour avoir réussit à coder un sprite 2D qui saute en évitant des obstacles. Depuis la NES, on a pris de la bouteille au point d'être blasé pour mieux que ça. Et puis il y a Rayman Legends qui arrive à la fin du mois pour ceux qui sont en manque de (bon) jeu de plateformes.

Et oui, les cinématiques piquent les yeux... Et c'est pire quand les images bougent

Un jeu dur, inaccessible pour un joueur qui n'aime pas le challenge et la difficulté, doté d'une réalisation franchement dégueulasse, c'est sûr, c'est pas très vendeur, et pourtant, Cloudberry Kingdom arrivera sans doute à rester culte pour une poignée de joueurs qui aiment se dire "Hardcore Gamers". Personnellement, j'ai arrêté de jouer à celui qui avait la plus grosse et qui pissait le plus loin, du coup, j'ai trouvé ce jeu répétitif, chiant, et agressif pour mes yeux et mes oreilles. Le seul truc cool est la personnalisation du héros, qui peut avoir un look bien fendard, ce qui amène de l'humour à ces niveaux qui vont nous rendre fou. Bref, je veux bien rester indulgent car c'est un titre qui est dans sa bulle, loin des autres standards du genre. En effet, il faut de tout pour faire un monde. Mais bon, honnêtement, même si on peut saluer le côté difficile et additif du titre, on peut aussi crier au scandale car sortir un truc digne d'un jeu Flash du début des années 2000 sur XBLA à 800 Microsoft Points, c'est un peu limite. Il ne faut pas pousser Mario dans les orties (même si ça serait rigolo).

Oussama BenToadem a votre service !

Cloudberry Kingdom Note XboxOrNot

sur 100

  • Un jeu de plateformes pour les vrais durs
  • Les niveaux aléatoires
  • La personnalisation du héros
  • De la 2D moche, il faut le faire
  • Bande son horrible
  • Principe très limité si on n'est pas adepte du "die and retry"
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.