DMC : Devil May Cry - Definitive Edition de la mort qui tue le retour du fils de Sparda qu'on croyait perdu ...

Parfois la nouveauté, c'est surfait. Prenez Devil May Cry ! On veut de l'action et du fun ! Alors cet opus n'a rien de nouveau véritablement mais il fait le boulot avec classe !

Dès le début de la saga, j’ai aimé Devil May Cry. Son retour sur 360 était un plaisir furieux malgré quelques menus défauts. Mais face à un jeu dynamique et charismatique, nous sommes plus cléments. Dante, pour faire comme les autres, revient sur One dans une réédition « définitive ». Qu’avons nous à nous mettre sous la dent avec cette appellation ? Cela vaut-il le coup de se jeter sur ce jeu ?

Dante a des choix Cornéliens !

Pour l’histoire, c’est la même chose que DMC : Devil May Cry. Un reboot de la franchise où Dante se la joue à mort pour notre plus grand plaisir. Dans ce monde torturé, il évolue avec une aisance qui se traduit par un gameplay vif, complet et efficace. On enchaîne les combos les plus fous en passant d’une arme à l’autre sans peine. En gros, c’est toujours aussi bon. Visuellement, c’est du pareil au même. Le boulot était honnête sans être toujours détaillé mais l’identité du jeu rattrape le coup. Ce ne sont pas quelques skins bonus et un framerate amélioré qui vont transcender la forme mais nous ne boudons pas notre plaisir de jouer.

Like a Vergil !

Ce qui change, c’est l’ajout directement dans le jeu de la Chute de Vergil. Situé après l’intrigue du jeu principal, nous avons la possibilité de jouer à Vergil pour savoir ce qu’il advient du frère de Dante. De plus, on ne va pas se mentir, dans chaque épisode, on a envie de tâter un peu de Vergil. Depuis le début, avec son rôle de héros maudit, il a la classe. Certes, il est moins porté sur les armes à feu et sur la frime que son frère mais avec son katana et ses lames de glace, il se dégage de lui, une classe folle. Certes, le premier niveau avec ses plateformes ne seront pas les plus drôles mais l’utilisation du katana Yamato rattrapera cet écueil.

DMC garde son intérêt grâce à son histoire, son univers et son gameplay mais il ne vient pas à vous transfigurer. La durée de vie, les défis et la forme du jeu reste la même avec ses atouts et ses défauts. Certes la partie sue Vergil fera plaisir mais ne vous attendez pas à une révolution avec cette édition définitive. Néanmoins, le jeu vous procurera du plaisir et pour un petit prix.

En rouge et noir !

 

DMC : Devil May Cry Definitive Edition Note XboxOrNot

sur 100

  • Gameplay aux petits oignons !
  • Petits prix !
  • Maxi Plaisir
  • Dante et Vergil
  • Lifting pas spectaculaire
  • Pas très nouveau...
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !