DuckTales Remastered - Un remake qui cloue le bec

Picsou est de retour, ce n’est pas la crise pour tout le monde. Le coffre-fort de Donaldville est toujours là, trônant fièrement en haut d’une colline. Il faut croire que les choses n’ont pas changé en 20 ans pour la Bande à Picsou. Du coup, Capcom en profite pour nous sortir un remake de DuckTales, histoire d’agiter la fibre nostalgique des joueurs trentenaires. Pari réussi ?

Ah… DuckTales sur NES. Que de souvenir… Je me souviens la première fois que j’ai lancé ce jeu dans ma console au début des années 90. A l’époque, les jeux de plateformes en 2D étaient à la mode, surtout sur cette console avec le bon vieux Mario Bros. Je garde de bons souvenirs de DuckTales, car c’était un des rares jeux à licence qui n’était pas foireux à l’époque. Le joueur du grenier me comprendra… on a souffert à l’époque quand on allait acheter un petit jeu 400 francs, sans trop savoir si cela allait être bien ou pas. Et oui, à l’époque, internet n’était pas là pour nous aiguiller. Même les magazines papiers se faisaient rares. Non, on avait,en gros, que la jaquette pour nous aider. Et vu que lorsqu’on a une dizaine d’années, tout ce qui touche à Disney nous rassure, et bien hop, on craque notre slip sur le moindre truc à grandes oreilles ou à bec de canard. Et DuckTales a été un titre qui a bien tourné sur les consoles de l’époque (Korganor nous dirait que c'était le cas également pour Tic & Tac : Rangers du Risque un jeu génial et jouable en coop').

Allez petit fantôme, on fait un pogo ??

En 2013, les développeurs de chez Wayforward Technologies nous proposent un vrai remake, un jeu retravaillé dans les moindres détails, tout en gardant les qualités originales du titre. Bon honnêtement, au début, on a eu peur à la rédaction. Bah oui, on a testé Double Dragon Neon, un autre remake d’un titre culte, fait par la même équipe de développement, et ce jeu est, pour faire clair, une grosse merde. Cela aurait été dommage que l’oncle Picsou finisse au pilori de GameOrNot’ à cause d’une équipe de bras cassés. Et bien, bonne nouvelle, DuckTales Remastered est un titre qui a été remaké avec beaucoup de sérieux. A croire que les développeurs avaient de bons souvenirs du titre, sans doute bercés par la musique de la Bande à Picsou qui accompagne l’écran titre de la version originale, et donc également, de cette édition 2013.

Ouf mes trésors sont toujours là

Qui dit remake, dit HD. Il est évident qu’il fallait passer un bon gros coup de balai sur l’aspect graphique du titre. En effet, même si à l’époque, DuckTales était sympa graphiquement, c’était il y a un bail, et aujourd’hui, cela ferait vraiment tache. Du coup, même si les environnements sont les mêmes qu’auparavant, le travail réalisé sur les différents tableaux est vraiment titanesque. Alors, attention, il y a des titres qui sont plus jolis que lui graphiquement, comme Rayman Legends qui vient de sortir ou quelques titres du XBLA qui, il faut le rappeler, fourmille de perles dans le genre de la plateforme. Mais comme Wayforward Technologies a respecté le jeu original, il faut saluer le travail. Tiens, pour vous donner une idée, voici une image du jeu original sorti en 1990 et une de la version Remastered qui sort le 11 septembre prochain sur XBLA :

DuckTales - NES - 1990
DuckTales Remastered - XBLA - 2013

Avec des graphismes remis au goût du jour, on pourrait penser que les développeurs se seraient lâchés et auraient tenté le coup d’une maniabilité plus moderne à coup de nouvelles possibilités complètement « fufu la moquette ». Et bien non, le respect devait être le mot clef de ce remake. Du coup, le titre se joue comme avant avec deux boutons : le saut et le coup de canne. Et c’est tout. Simple et efficace. Pas de course, pas de double saut, non, rien de tout cela, juste un vieux Picsou qui avance, saute et tape les ennemis avec sa canne. Le fameux rebond avec la canne du DuckTales original est bien entendu présent, c’est la marque de fabrique du jeu. Le saut pogo, comme on l’appelle,  est toujours aussi efficace le bougre. Il est d’ailleurs possible avec un bon timing de finir un stage tout en saut pogo (ou pogo jump pour les puristes). D'ailleurs, si on fait cela dans un des niveaux, on chope un putain de succès. Sacré Picsou !

J'ai coupé le courant, ça fait des économies sur la facture.

L’histoire du jeu est simple, l’oncle Picsou découvre une carte aux trésors et du coup, il doit voyager dans 5 stages différents, qui lui feront visiter le monde… et l’espace. Oui, on a même le droit à un voyage sur la Lune. Ils sont balèzes les canards de chez Disney. A ces cinq niveaux, il faut ajouter un stage d’intro dans les locaux de Picsou, et un stage final histoire de botter les fesses du méchant. Classique et efficace. Par contre, un gros bémol directement lié au respect des développeurs par rapport au jeu original : DuckTales est très court. Alors oui, pour gonfler les minutes de jeu, pleins de cinématiques ont été ajouté, mais manque de pot, elles ne sont pas intéressantes, cassent le rythme, sont en VO et en plus les personnages ont le bec cloué quand ils parlent. En gros, on a plus envie de les zapper qu’autre chose. Et du coup, le jeu se finit en facile ou normal en deux heures grand max. En jouant à l’ancienne, avec peu de cœurs et de vies, dans les modes plus difficiles, on pourra doubler ce temps de jeu, mais honnêtement, c’est franchement short pour un jeu de plateforme de nos jours. La fibre nostalgique n’excuse pas tout.

Boo !

Histoire de s’excuser un peu, les développeurs ont ajouté au jeu pleins de petits bonus à débloquer avec l’argent gagné dans les niveaux. Une galerie pleine de tableaux pour faire plaisir aux fanboys. Le gamer qui espérait des niveaux bonus peut aller se brosser, tout comme celui qui espérait trouver le jeu original de 1990 dans un menu caché. Non rien de tout cela. DuckTales Remastered est un titre qui ravira les nostalgiques de la NES et c'est tout. Le travail des développeurs sur le titre est à saluer mais on aurait aimé un peu plus de contenu et de profondeur. Un jeu de plateforme qui se termine en 2 heures sans possibilités de jouer à plusieurs ou de débloquer des niveaux bonus, cela fait un peu pitié de nos jours. Heureusement qu’il est vendu à petit prix cela aide à faire passer la pilule. Picsou est un rat, et cela se ressent au niveau du contenu. Remarque, vu la structure du titre, il est tout à fait possible qu’on ait le droit à l’avenir à du DLC nous offrant des nouveaux stages. Cela remplirait un peu le coffre-fort de l’oncle Picsou qui adore plonger dedans, juste pour le plaisir.

La montagne, ça vous gagne (des sous)

DuckTales Remastered Note XboxOrNot

sur 100

  • Un remake qui fait plaisir
  • Maniabilité simple et efficace
  • Graphiquement sympa
  • Trop court
  • Contenu maigre
  • Cinématiques inutiles
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.