Hindsight 20/20 : Wrath of the Raakshasa - Un jeu 20/20 ?

Un jeu, des choix, du plaisir ?

Le titre du jeu veut-il induire sa note ? Cela ne serait pas étonnant car il parait que des vétérans de Bioware et Sucker Punch sont derrière ce jeu. Ils connaissent les ficelles. Mais plutôt que de tergiverser, lançons nous sur ce jeu qui, d'après le site Microsoft repose sur 5 piliers que j'ai vais commenter : 

1. Choix au combat : Jehan a beau être manchot, il sait toujours se battre. Par contre, voudra t-il soumettre ses ennemis ou les découper ? C'est vous qui voyez et au-delà de cela, il y a la jouabilité et c'est plutôt facile d'accès. Les combats en général sont plutôt dynamiques et sympas à part certains boss qui seront une tannée à cause de la caméra. De plus, vous avez des phases de "puzzles" dans les niveaux et ce n'est pas hyper souple là aussi. Si je reviens sur les combats, en général, c'est assez binaire : l'épée pour découper et vous venger dans des gerbes de sang ou bien le bâton pour soumettre et rester en accord avec les principes de la ville. J'ai surtout joué au bâton du coup car la plupart des ennemis sont contrôlés malgré eux et ne veulent pas vraiment notre perte. 

Les rois du monde... 

2. Un monde malléable : "Champaner et ses habitants basculent entre plusieurs états de mépris ou d'acceptation pour Jehan. Chaque partie ne montre qu'une seule version du monde, car la ville et ses habitants subissent les effets des choix et des actions de Jehan". Bon, j'aime bien le pitch mais en vrai... 

3. IA et boss intéressants : En fait, c'est comme le point 2 mais pour les ennemis. Eux-aussi ont un petit cœur qui bat et au final, c'est quand même assez Bisounours. Je me demande même pourquoi j'ai une épée pour tuer tout le monde. 

Soirée BBQ ! 

4. Le moteur d'expérience : C'est comme le point 2 & 3 mais en plus poussé paraît-il. Bref, le jeu s'adapte... OK... Mais ce n'est pas non plus dingue de ouf ! Un survivant par-ci, une statue par là... Cela fait plaisir tout de même vous me direz. 

5. Dix fins différentes : Si vous avez bien suivi les points d'avant, pas de surprise. Après, vous n'irez peut-être pas chercher les 10 fins différentes mais cela peut pousser la curiosité de chacun ou donner envie de sauver untel car on aurait loupé un dialogue. 

Même si c'est avec un bâton, ça fait mal quand même ! 

Du coup, j'ai raconté un peu le jeu mais voici un peu plus. Ok, Jehan veut sauver le monde et il sait bien ce que c'est que vivre avec des conséquences vu qu'il a un bras en moins. Donc comme dans un certain nombre de jeu de rôle, il va falloir assumer ses choix. Cela me rappelle la joie d'avoir sauver Wrex dans ma seconde partie de Mass Effect et on retrouve ce genre de chose dans des dialogues ou des choix en combat. Au final, comme je suis plutôt sympa (dans les jeux en tout cas), j'ai voulu aider tout le monde et comme je l'ai dit, j'ai combattu au bâton car les ennemis ne sont pas vraiment des ennemis au final. 

Bon... Il y a du taf ! 

Le jeu est agréable dans l'ensemble mais il manque de finition dans les combats ou les puzzles comme j'ai pu le dire. Idem pour les graphismes qui ont un truc mais qui sont découpés à la serpe comme il y a 15 ans (en mieux tout de même). J'ai bien aimé Hindsight 20/20 : Wrath of the Raakshasa et ses soucis techniques n'empêchent pas de passer un bon moment mais il empêche le jeu d'atteindre une plus grande audience ainsi que le 20/20 que l'on voit dans le titre. 

L'épée... Elle coupe bien ! 

Hindsight 20/20 : Wrath of the Raakshasa Note XboxOrNot

sur 100

  • Jouer au bâton
  • Prise en main
  • Système de choix
  • Graphismes à la serpe !
  • Caméra instable contre certains boss
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !