House of Ashes - The Descent in Hell

The Dark Pictures Anthology revient avec un troisième tome : House of Ashes.

Après un Man of Medan un peu décevant, la faute à un scénario un peu trop lent pour laisser le joueur en haleine et un Little Hope très sympa avec une histoire plus efficace et une réalisation plus solide, Supermassive Games nous propose House of Ashes pour tenter de faire tout simplement encore mieux. Pour rappel, The Dark Pictures Anthology est une série de jeu d'horreur centré autour du personnage du conservateur, qui va nous présenter et raconter en quelque sorte une histoire "terrible et palpitante" dont vous êtes le(s) héros. En effet, le scénario du jeu à de multiples chemins qui seront empruntés en fonction de nos décisions ou actions. Chaque histoire est indépendante, cela veut donc dire que vous pouvez jouer sans problème à House of Ashes sans avoir touché à Little Hope ou Man of Medan. 

On n'abandonne personne

Dans ce nouvel épisode, on va encore une fois suivre les aventures, ou plutôt les mésaventures, de 5 personnages. Un nombre de protagonistes qui n'est pas anodin, car comme dans les autres tomes, on pourra jouer à plusieurs en local à 5 avec chacun son personnage. C'est très sympa comme concept, même si trop souvent on est inactif et du coup, il y a des soucis de rythme dans cette configuration. On peut bien entendu jouer en solo, mais ce n'est pas la meilleure manière d'aborder House of Ashes. La meilleure façon d'y jouer c'est en coop en ligne. On joue en même temps, jamais de temps mort, parfois dans la même scène ou au contraire dans des lieux séparés. On est ainsi dépendant des choix et réactions de son partenaire de jeu, et de plus, cela donne envie de refaire l'histoire au moins une seconde fois en inversant les rôles. Il y a une vraie replay value dans ce titre.

Je me sens seul

Mais l'histoire alors, cela parle de quoi ? House of Ashes nous emmène en Irak en 2003 en pleine période post 11 septembre. Une unité militaire, accompagnée par l'agent de la CIA Rachel King, a pour ordre d'inspecter une potentielle installation d'armes chimiques souterraine dans les sombres Monts Zagros. Une fois arrivée aux coordonnées indiquées, l'équipe se retrouve prise en embuscade par une patrouille locale menée par le sergent Salim Othman. Pendant la bataille, une secousse sismique ouvre des cratères dans le sol, envoyant les deux camps dans les ruines d'un temple sumérien. Mais, dans les entrailles du désert d'Arabie, quelque chose de maléfique s'est réveillé. Des créatures anciennes, surnaturelles et sauvages, ont trouvé de nouvelles proies à chasser. Au début du jeu, on se dit : "on va vivre un Call of Duty : Modern Warfare en mode narratif" et puis d'un coup, le jeu devient un Survival intense qui fait penser au film The Descent. Pour expliquer l'histoire, j'ai préféré me limiter au synopsis officiel pour ne pas prendre le risque de spoiler quelque chose. 

De l'ombre à la lumière

Il faut compter un peu moins de 6 heures pour finir l'histoire une première fois. J'ai fait le jeu en coopération en ligne, on a commencé le jeu en début de soirée... et on n'a pas lâché le pad avant le générique de fin au milieu de la nuit. L'histoire est vraiment agréable, avec une tension palpable du début à la fin. On prend plaisir à découvrir les personnages au fil de l'histoire, que ce soit par rapport à leurs passés, leurs liens, ou tout simplement leurs peurs. Il n'y a pas vraiment de jump scare dans cet épisode. La peur est plutôt viscérale. On se sent piégé sous terre, avec des monstres horribles et sans pitié, et chaque séquence d'action est un moment de tension incroyable. On a envie de finir le jeu avec le maximum de survivants, et du coup, à chaque moment où des QTE débarquent, on a le stress de se rater et donc de perdre un membre du crew. Il faut être vif, précis et la tension nous fait parfois louper le coche. Pour un jeu narratif, je trouve l'immersion excellente et franchement c'est cool de le partager à deux. Le scénario est plutôt bien amené, on a envie d'en savoir plus, et à la fin du jeu, on prend une bonne respiration et on se dit "la vache c'était éprouvant". 

J'ai un peu forcé sur le maquillage

A côté de cela, House of Ashes peaufine sans bouleverser la formule des autres jeux de l'anthologie. Le titre est globalement très joli. Même si certains mouvements des personnages ou expressions du visage peuvent être un peu bizarre, on reste sur un jeu très solide dans ce domaine. Les décors, même si ils sont globalement assez sombres (normal vu le contexte) sont réussis avec des textures de qualité. On s'y croirait. Les plans de caméra sont bien travaillés quand on est en mode "spectateur" et une fois qu'on contrôle notre personnage, on se retrouve dans un TPS plus classique avec une caméra libre. Même si les déplacements sont un peu raides (comme dans beaucoup de TPS d'ailleurs) cela reste agréable pad en main. Il y a quelques moments de calme où on doit fouiller des zones pour trouver des secrets ou des prémonitions. Mais, dans les moments tendus du string, il faudra gérer des QTE pour sauver ses fesses. 

Tout va bien

La bande son est de bonne facture. Les doublages français sont de qualité, avec des doubleurs français réputés, la musique fait le job, en suivant bien l'action ou l'émotion, et enfin les bruitages dans leur ensemble sont bons. Lorsqu'il y a une attaque de monstres, la tension sonore monte d'un cran ! Malgré toutes ses qualités, on a tout de même rencontré quelques petits bugs graphiques, ou encore, quelques déconnexions intempestives pendant notre aventure. Rien de bien grave, surtout que le jeu a énormément de checkpoints mais c'est à signaler. Globalement, les développeurs ont amélioré leur recette sur tous les points : mieux écrit, gameplay plus agréable, rythme plus équilibré, personnages plus intéressants...

J'ai vraiment apprécié de jouer à House of Ashes. Pour moi, c'est un vrai bon titre dans son genre survival/narratif. De toute façon, quand on n'a pas envie d'aller se coucher pour finir un jeu, c'est souvent bon signe. The Dark Pictures Anthology a une belle courbe de progression, et il me tarde déjà de découvrir le prochain tome. En attendant, vivement mes prochaines sessions de jeu, pour découvrir de nouveaux arcs narratifs et peut-être également de nouvelles morts horribles pour les personnages. Chic !

The Dark Pictures Anthology: House of Ashes Note XboxOrNot

sur 100

  • Histoire prenante
  • Graphiquement réussi
  • Bande son
  • Très bon rythme
  • Le mode coop
  • Doublages français
  • Moins intéressant en solo
  • Quelques bugs
  • Personnage parfois un peu raide en mode TPS
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.