Insane Robots - Court circuit

Insane Robots a débarqué sur le store courant juillet. Serons-nous assez fous pour le tester?

Franklin est une boîte de métal qui parle et il en a gros sur la patate. Il veut dézinguer le super robot et pour cela il devra affronter des dizaines de ses semblables et les envoyer au recyclage.

Insane Robots est un mélange entre le jeu de duel de decks de cartes et le jeu tactique au tour par tour. Franklin, notre premier robot débloqué, évolue dans des tournois constitués de plusieurs maps sur lesquelles se feront les affrontements entre robots. Les règles sont simples, pour gagner il faut survire et il ne peut n'y avoir qu'un seul survivant.

Les cartes ressemblent à un jeu de plateau.

Franklin évolue sur les cartes des niveaux en ayant la possibilité de se déplacer de deux cases hexagonales. Une fois ses actions faites, acheter dans un magasin, récupérer des ressources, combattre, il devra finir son tour pour laisser les IA évoluer une par une. Les cartes ont un brouillard de guerre, il n'est pas rare de se faire surprendre et qu'un adversaire prenne l'initiative dans le combat par même occasion.

Ca va chier!! 

Une fois l'affrontement commencé, les robots passent en mode combat et sortent... sortent leurs cartes. En début de partie, le joueur a le choix de conserver ou changer les cartes qui lui sont proposées pour tenter d'optimiser sa main de départ. Les cartes sont variées et offrent des bonus d'attaque et de défense pour permettre au robot de faire ou encaisser des dégâts. Les robots sont entourés de 5 emplacements de carte. Deux pour y placer des points de défense, deux pour les points d'attaque et un pour un boost / modificateur. Il conviendra bien sûr de maximiser dès que possible la défense et l'attaque pour défoncer l'ennemi au plus vite.

Le côté très aléatoire des affrontements en rebutera plus d'un.

Il existe également des cartes effectuant des dégâts directement sur l'adversaire, d'autres permettant de booster ses propres cartes, d'autres de modifier aléatoirement une de ses cartes ou une parmi les cartes en cours d'utilisation de l'adversaire. On a de quoi faire en variante et en plus de ça les cartes peuvent être combinées entre elle pour en donner d'autres ou des versions plus puissantes.

La résolution des dégâts reste très basique, il faudra avoir plus de points d'attaque que ce qu'a l'adversaire en défense pour commencer à lui retirer des points de vie. Monter sa défense et son attaque c'est cool, piquer celles de l'adversaire quand on galère à monter les siennes c'est amusant, mais on a régulièrement le sentiment que nos adversaires sont cocus tellement ils ont des combinaisons de malade juste au moment où on s’apprêtait à leur péter la gueule. C'est frustrant et cela nous décourage à persévérer.

Poser une carte ou faire une action en combat consomme des points d'énergie qui se débloquent au court du combat. Nous commençons avec 1 et 1 point supplémentaire s'ajoutera à chaque début de tour.

Attention à la zone de poison!

Insane Robots offre des déplacements et des affrontements stratégiques. Malheureusement ces derniers sont beaucoup trop aléatoires car très dépendants des cartes. C'est le principe du jeu qui veut cela, mais se retrouver contre des ennemis qui ont des mains parfaites laisse clairement songeur et frustre plus qu'autre chose. On a plus l'impression de jouer à la loterie par moment que de jouer à un jeu tactique.

Le design tout beau tout mimi du jeu est agréable pour les yeux. J'ai personnellement regretté l'humour un peu lourd du jeu qui nous donne envie de défoncer Franklin plus qu'autre chose.

Enfin, sachez que le jeu n'est pas du tout traduit, tout est en anglais.

L'idée était là, la forme aussi, le fond trop aléatoire n'arrivera malheureusement pas à attirer les stratèges qui sont pourtant la cible de ce genre de jeu. Les parties en ligne désertées et en local n'arriveront malheureusement pas à faire pencher la balance.

Insane Robots Note XboxOrNot

sur 100

Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?