Layers of Fear 2 - Le train fantôme

Layers of Fear 2 était sans aucun doute le titre estampillé « frisson » que j’attendais le plus cette année. L’attente en valait-elle le coup ?

Au moins, Bloober Studio nous propose un changement de décor radical pour ce nouveau volet. Exit le manoir du premier opus, nous voici dans un bateau de croisière. Alors attention, je vous préviens direct : le jeu ne vous prend clairement pas par la main niveau scénario. On est promené dans l’histoire de gauche à droite, comme un navire qui tangue. C’est d’ailleurs un des défauts du titre, car on décroche beaucoup plus facile de l’histoire que l’inverse. C’est clairement bien tordu, avec des séquences qui mixent le WTF au dérangeant, et du blabla pas clair qui n’aide en rien. Mais par contre, niveau mise en scène, il n’y a pas à dire, c’est vraiment bien foutu.

Un couloir pas très accueillant

L’histoire un poil complexe et tordu donc nous emmène sur un tournage dans un bateau en gros. Sauf que bien sûr, il y a beaucoup d’imaginaire, du coup, le réel et le subconscient se mélangent, et cela fait un beau bordel dans la tête du joueur, qui ne sait pas vraiment qui il est. Je n’ai d’ailleurs pas tout compris moi-même en finissant le titre. J’ai eu un moment de « euh ok ». Une grosse déception sur ce point. J’aime bien les trucs tordus qui deviennent claires une fois toutes les pièces du puzzle remisent en place. Là, c’est juste un bordel, on te file un meuble IKEA en kit sans plan, et tu te démerdes. Alors oui, cela permet de se mettre dans la peau du personnage, vu que le jeu traite de la folie, de la schizophrénie, et d’autres problèmes du genre, mais quand même, c’est frustrant. Le côté train fantôme du titre accentue cette sensation, où on a plus l’impression de subir l’histoire plutôt que de la vivre.

Je vais faire une pause

La recette globale de Layers of Fear 2 n’a pas vraiment évolué depuis le premier épisode. Et c’est d’ailleurs toujours aussi efficace. De l’exploration, quelques énigmes, des moments de frayeurs, et surtout un côté narratif très prononcé (même comme je l’ai déjà dit, un peu gâché par une histoire tordue). Mais globalement, j’ai trouvé le jeu moins flippant que le premier. Il y a beaucoup de passages dérangeants, et glauques mais les passages de jump scares ou ceux où l’on est vraiment en stress sont limités. Il y a bien sûr les passages « courses poursuites » qui seront flippants, mais ces passages sont foireux car on se retrouve dans un « Die and Retry » à la con, car on meurt direct si on prend pas le bon chemin. Un passage stressant qui se transforme en passage chiant. Clairement un mauvais choix, il aurait mieux fallu offrir la possibilité d’être plus libre dans ces phases de jeux, afin de sentir la peur monter en nous : car honnêtement, vers la fin du jeu, il y a un passage du jeu avec justement cet entité que l’on fuit, qui pour le coup est super bien foutu : on doit se balader dans un labyrinthe entouré d’entités immobiles, et quand celle qui nous chasse apparaît il faut changer de chemin pour la semer. Si c’était toujours de cette qualité, j’aurai kiffé ma race, et mon trouillomètre m’aurait posé des problèmes.

Un autre angle

Techniquement parlant, Layers of Fear 2 est vraiment pas mal foutu, avec des décors extrêmement bien travaillés, on est dans le haut du panier du genre. Les effets de lumières sont très jolies, les transformations des décors nous mettent dans l’ambiance, bref, du tout bon. On n’est pas dans un AAA, mais sur Xbox One X le titre tient la route et fait plaisir aux yeux et surtout aux oreilles. La bande son est le gros point fort. Les bruitages sont terribles, la musique nous met mal à l’aise ou nous fout la trouille quand il faut, où il faut. Un excellent travail sur ce point, tout comme les doublages en VO qui sont bien travaillés. J’ai fini le jeu au casque dans le noir, j’en menais pas large sur la fin, car les derniers chapitres sont beaucoup plus stressants que le début du titre. Le jeu offre une durée de vie de 6 à 8 heures en fonction de nos capacités à fouiller partout. Et le début est un peu poussif (voir chiant à certains moments) mais la seconde moitié est de bien meilleure qualité, et a clairement remonté mon jugement vers le haut.

La croisière s'amuse??

Layers of Fear 2 est un jeu narratif-horreur bien foutu mais qui a la fâcheuse tendance à trop vouloir en faire : scénario trop tordu et complexe, une durée de vie avec du remplissage de passages un peu vides, et des séquences de poursuites inutiles car frustrantes. Mais pour le reste c’est du tout bon, et si Bloober Studio n’avait pas cherché à faire « plus grand, plus fort » pour cette suite on aurait sans doute eu un meilleur jeu. Dans tous les cas, et grâce à une seconde partie très sympa, je lui accorde une assez bonne note. Mais, j’ai failli arrêter vers la moitié car je n’étais pas rentré dans l’histoire. Il faut parfois s’accrocher pour prendre du plaisir, et c’est le cas avec Layers of Fear 2. Je m’attendais à mieux, je suis donc un peu déçu, mais globalement, il fait le job.

Layers of Fear 2 Note XboxOrNot

sur 100

  • Une second partie bien meilleure
  • Superbe ambiance
  • Bande son excellente
  • De bonnes idées
  • Un scénario trop bordélique
  • Des longueurs au début
  • Des phases de poursuites chiantes
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.

Commenter

Participer à cette discussion.