Lego : Le Seigneur des Anneaux - Il casse des briques !

TtGames a posé la première brique de l’édifice il y a maintenant plus de 7 ans. La licence vire-t-elle au béton armé ou au château de carte? C’est en se basant sur des fondations solides que le dernier né de la saga Lego se permet d’innover et de ravir les geeks que nous sommes en nous passant l’anneau au doigt.

Qui n’a pas déjà joué à un jeu de la licence Lego? Difficile de trouver des joueurs qui ont échappé à cette vague de briques en plastique virtuel. Les polygones carrés n’ont jamais été autant à la mode que depuis qu’ils ont un logo Lego dessus. Cela permet d’unir devant l’écran deux générations, les vieux qui ont déjà abandonné leur caisse de briques depuis longtemps et les jeunes qui sont content de laisser vaquer leur imagination brique ou stick à la main.

Premier choc en découvrant le jeu, bien que saupoudrée d’humour potache qui caractérise et colle parfaitement à la série, l’ambiance est plus mature. Le Seigneur des Anneaux obligeant une approche légèrement plus sombre que les titres précédents. Cela n’est pas pour déplaire le joueur adulte et les plus jeunes s’en accommoderont très bien car il n’y a pas de quoi faire peur à un enfant de 7 ans et l’histoire est plutôt bien expliquée.

La toute première phase de jeu annonce la couleur, on est dans un jeu Lego à dimension épique en incarnant Isildur et Elrond qui combattent Sauron (difficile de faire plus épique quand même). Si fiston voudra casser des briques dès le début, papa sera surement sur le cul, un grand sourire nostalgique aux lèvres avec des bouquins et des bouts de plastique plein les mirettes. Bon timing pour mettre tout le monde d’accord dans les salles obscures devant Bilbo qui sort le 12 décembre.

Hobbitebourg. Dansez pauvres ignorants!

L’histoire est entrecoupée de petites cinématiques très agréables. Et, deuxième choc, les personnages parlent ! En français, avec un doublage de très bonne qualité qui plus est. De quoi permettre une meilleure compréhension de l’histoire, ce qui ne gâche pas non plus l’immersion.

Le gameplay reprend les bases des épisodes précédents avec de belles innovations en prime. On incarne systématiquement au moins deux bonhommes Lego représentant des personnages clés de la partie de l’histoire du film qui nous sert de prétexte à parcourir un niveau. Communauté de l’Anneau oblige, vous aurez le choix entre plusieurs personnages dans un même niveau. On connaissait déjà le principe de pouvoir changer à volonté de personnage en mode jeu libre. C’est à dire qu’une fois un niveau fini en mode histoire il est possible de le rejouer avec les personnages débloqués de son choix. C’est toujours faisable dans Lego : LSdA, mais certains niveaux mettront en scène plus de deux personnages permettant de coller parfaitement au contexte planté par JRR Tolkien et Peter Jackson. Prenez la fuite des hobbits face aux cavaliers noirs par exemple et bien vous aurez le choix entre Frodo, Sam, Merry et Pippin pour avancer dans le niveau, chacun ayant bien sûr ses compétences spécifiques le rendant utile. Notons tout de même au passage que Lego : LSdA est fidèle à l’oeuvre originale, mis à part porter l’anneau, Frodo est juste inutile. Imaginez les niveaux où la communauté est au complet, 9 personnages à l’écran ! Cela laisse place à de bons fous rires à se taper dessus ou à se lancer un hobbit ou Gimli. Car oui, n’ayez crainte, le lancer de nain est autorisé dans le jeu.

Gimli: "Ma dignité s'arrête là où la neige commence."

La sélection des personnages n'est cependant pas très pratique, on aurait apprécié, que les membres de la communauté soient en permanence à la même place dans le menu de sélection. Hors, suivant le niveau et les personnages disponibles, ils ne sont pas toujours placés au même endroit ce qui freine beaucoup lorsque l'on souhaite faire un choix rapide, perdre quelques secondes à chercher le bon portrait c'est pas le top niveau réactivité. Ne parlons pas du choix de personnage directement en jeu, en appuyant sur la touche Y qui est, et a toujours été, particulièrement aléatoire donc inutile. On arrive tout de même bien plus vite à ses fins avec le menu radial.

Les combinaisons et l’entraide entre les joueurs sont toujours de mise avec différents leviers à actionner, des trappes à travers lesquelles seules les personnages de petite taille pourront passer, des pierres que seul Gimli pourra briser une fois lancé par Aragorn, ou plutôt Legolas, l’as des Lego, restons fidèle au film. Sam pourra quand à lui contribuer à creuser la terre pour déterrer toute sorte d’objet utile et éventuellement les mettre dans son inventaire comme ses camarades.

Et oui ! Nos Lego, en plus d’avoir la classe, on des poches. Ne me demandez pas où ils cachent leurs bûches pour préparer le feu, mais c’est fort simple d’utilisation à l’aide d’un menu radial et c’est surtout très pratique. Cela ajoute une petite dimension jeu de rôle couplé au système de quête. Celui-ci fait ses premiers pas dans la licence, s’il n’est pas très poussé, il ajoute un grand vent de fraîcheur et permet de considérablement valoriser la rejouabilité du jeu. Refaire un niveau pour aller chercher une brique à collectionner c’est bien, mais le faire tout en récupérant le chapeau d’une femme à barbe pour qu’elle puisse prouver sa féminité, cela transforme la tache en quête épique (ou qui pique,  la barbe.. qui pique...bref...). Certaines quêtes vous enverront refaire des niveaux déjà explorés alors que d’autres nécessiteront de fouiller l’univers de fond en comble. Et là, vous ne comprenez pas, normal, j’ai gardé le meilleur pour la fin...

Les mines de la Moria et la faune locale

Entre chaque niveau classique, il est possible d’évoluer dans l’univers du jeu en mode de mouvement libre dans un monde ouvert. Vous déplacerez la communauté de l’anneau d’un point vers un autre dans un décor plutôt joli et agréable à regarder laissant carte blanche aux explorateurs en herbe. Les fans de collectables remercieront Tt Games pour cette superbe innovation. S’il est toujours possible de trouver quelques briques rares comme le Mithril dans les niveaux classiques, les pièces cachées en monde ouvert vous donneront un peu plus de fil à retordre, nécessitant parfois de résoudre une quête pour l’obtenir, elle même débloquée après la résolution d’une énigme, celle-ci réalisable avec la compétence des bons personnages et ainsi de suite. De quoi ravir les habitués de la série. Cette innovation ne sera cependant appréciée à sa juste valeur que par les joueurs patients, les plus jeunes risquant de se perdre dans un univers parfois un peu vaste malgré des briques spéciales pour indiquer le chemin à prendre. Les énigmes risquent de leur passer sous le nez s’ils ne cherchent pas la petite bête. C’est vraiment le seul bémol qui n’en est pas vraiment un. Il est tout de même difficile de guider plus le joueur que dans un jeu Lego, mais le jedi comprendra en parcourant le jeu que son jeune padawan passera à côté de quelques passages croustillants.

La communauté au complet

Revenons sur le Mithril, que serait un jeu de rôle sans de l’artisanat ? Et bien Lego : LSdA a de l’artisanat ! Bon, inutile de s’emballer cela dit, il suffit de collecter des briques de Mithril et de les apporter à un forgeron pour obtenir différents objets. Mais avouons que le clin d’oeil est plus que sympathique et Tt Games sait encore une fois nous motiver à parcourir son jeu en long en large et en travers.

Et un arc en Mithril fraîchement forgé! Un!

Vous l’avez compris, j’adore les jeux Lego, mais je sais (j’essaie) rester objectif. Lego : Le Seigneur des Anneaux est un très bon jeu qui, comme ses aînés a cette facilité à réunir parents et enfants pour partager un loisir commun. Le système de quêtes et l’exploration en monde ouvert renouvellent considérablement la série qui commençait à en avoir besoin sans pour autant être à bout de souffle. Cela laisse présager de futurs épisodes particulièrement intéressants et peut être même des jeux avec des univers originaux tout aussi prenants. Le titre à venir sur Wii U, Lego City Undercover semble être le premier de cette nouvelle vague de jeux Lego que cet épisode à la sauce Tolkien a sû préparer avec brio. Il est sans aucun doute le must have des fans de la licence et un excellent choix pour les autres joueur. C’est un titre à offrir à vos gamins pour Noël. Si vous n’avez pas de gamin, vous savez également quoi faire pour passer quelques bonnes soirées un pad à la main.

Lego : Le Seigneur des Anneaux Note XboxOrNot

sur 100

  • L'inventaire
  • Le monde ouvert
  • Le respect de l'histoire
  • Lego l'as
  • Légèrement moins facile d'accès que les précédents
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.