Owlboy - Coucou hibou !

Une aventure comme on l'aurait aimé à la belle époque du jeu d'aventure en 2D sur consoles des 90's.

Aujourd’hui, il est question de Owlboy. Un petit jeu indépendant que même moi, j’ai entendu parlé. Ne me demandez pas trop de détails mais je connaissais le nom et sa sortie. Ce qui est déjà pas mal lorsque l’on voit l’avalanche de petits jeux chaque mois. Le dématérialisé a cet avantage que la production de « galettes » n’est plus une gène et que les développeurs peuvent donc s’affranchir de certaines limites. Certes, il y en a d’autres et parfois même des nouvelles mais il faut reconnaître que pour le joueur, l’offre est massive. Comme je ne suis pas là pour vous faire un cours ou pour entretenir une discussion sur le marché du jeu vidéo, j’allume Owlboy.

"Kumbaya my love..."

C’est l’histoire d’un gros loser ! Un apprenti maître hibou qui échoue encore et toujours au grand dam de son maître. En plus, il paraît que vous n’êtes même pas un vrai hibou et vous êtes muet ! Notre héros est à deux doigts de porter plainte pour harcèlement ? Non, il est trop déprimé pour ça et sa dernière mission ne va pas lui laisser le temps. Ce n’est pas plus mal puisqu’il va se faire des potes et devenir un héros. Le jeu pose rapidement les bases et nous laisse nous éclater dans les cieux du village avant que les « donjons » et autres lieux viennent briser la monotonie du jeu.

Porter ne veut pas dire tripoter !

Avec cette histoire très vite prenante, avec son héros muet et avec ses graphismes, Owlboy me rappelle la belle époque des jeux d’aventures/plate-formes 16bits. Visuellement, c’est du pixel mais du « beau » pixel ! Ni trop minimal, ni trop détaillé, il fournit la bonne dose pour que l’aventure soit au cœur de nos préoccupations. Idem pour les musiques qui sont un vrai support pour le jeu.

On a envie d'une bière fraîche...

Là, où je ne suis pas entièrement convaincu, c’est pour le gameplay. Owlboy peut voler et tournoyer mais il peut également attraper des objets. Cette compétence lui permet aussi d’attraper ses amis pour qu’il bénéficie d’une aide (comme le canon de votre meilleur ami). Mais il apparaît un truc marrant : Owlboy peut casser des cailloux en tournant sur lui-même mais il est incapable de tuer un ennemi. Il peut seulement l’assommer. Le canon de votre pote peut tuer les ennemis mais il est incapable de casser un caillou. Je me torture un peu mais cela me paraît un peu étrange.

Cela n’empêche pas Owlboy d’être un jeu sympathique comme nous aimons à le voir. Bonne ambiance, capable de plaire aux petits comme aux grands, il se laissera jouer jusqu’à la fin.

Je me sens observé !

 

Owlboy Note XboxOrNot

sur 100

Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !