Remothered: Broken Porcelain - Le QTE m'a tué !

Et si on avait trouvé la déception « horreur » de l’année ?

Et pourtant, j’étais impatient de m’essayer à Remothered : Broken Porcelain. Je n’ai pas eu la chance de faire le premier épisode, appelé Remothered : Tormented Fathers, et malgré quelques défauts, ce titre avait une bonne réputation. Une suite, cela donne envie, en général, on reprend une recette qui marche pour corriger les défauts. Le début du jeu permet de se remettre dans le contexte avec une longue vidéo qui reprend les moments clefs du premier opus. Et puis, on commence à jouer.

Je sens qu'on veut ma peau

Et là, c’est la catastrophe. Déjà, l’histoire n’est pas facile à prendre en main. On est dans un mix comme seul Hollywood sait le faire, une sorte de préquelle qui fait suite à Tormented Fathers. En tout cas, n’ayant pas fait le jeu d’origine et malgré la piqûre de rappel au début, j’étais largué. Mais bon, pourquoi pas, je peux très bien rattraper les wagons en route. Je vais vous spoiler : cela n’a jamais été le cas. Bref, on est dans un hôtel perdu au fin fond de l’Italie. On est dans la peau de Jennifer, une ado rebelle qui se retrouve exclue de son pensionnat et se retrouve à bosser dans cet hôtel lugubre.  Et rapidement, on se rend compte que tout le monde veut notre peau.

C'est quoi cette paluche

Le jeu est très glauque et globalement, on est rapidement mis dans l’ambiance. Le soucis, c’est que le jeu a été peaufiné à la truelle. C’est dommage car les décors sont plutôt sympas, l’ambiance est bonne, la bande son donne le ton, mais les bugs se comptent par dizaine et surtout le gameplay est à chier. Mais vraiment… Tout est foireux. Dans Remothered : Broken Porcelain, on doit la plupart du temps éviter les ennemis pour sauver sa peau. Il va falloir jouer à Sam Fisher bloqué dans un asile. Alors on va passer notre temps à marcher accroupi, à ramasser des objets à la con, et à se planquer dans des placards. Pourquoi pas, l’idée n’est pas si mal. Mais, dès qu’on a un ennemi qui nous a dans le radar, c’est la foire à la saucisse.

Duel au sommet

En gros, il faudra fuir et se taper des QTE. Un ennemi nous suit, il nous cherchera partout. Même si on se planque dans une caisse ou une armoire, il se peut qu’il regarde vite fait et là « super QTE au stick » inutile pour rester discret, pendant que notre personnage crie en tout discrétion « oh secours, je ne veux pas mourir ! » bah oui normal. Cela me fait penser aux meilleurs moments d’infiltration des premiers COD où notre personnage gueule « JE POSE UNE CLAYMORE ». Si jamais on est en mode face à face, on peut esquiver avec le bouton B et une fois qu’on est chopé, il faut espérer avoir récupérer un ciseau, un couteau ou un truc pointu pour le foutre dans l’œil du méchant, afin de pouvoir essayer d’aller se cacher le temps qu’il reprenne ses esprits. Sauf que les collisions sont pourris, les animations à la ramasse, les QTE imprécis, et pire, c’est surtout tout sauf fun. On prend aucun plaisir à jouer, vraiment aucun. Le top, c’est le fait que l’on puisse collecter pleins de clefs pour booster nos attitudes, sauf que cela ne sert à rien, on ne peut le faire qu’à deux moments dans le jeu.

Un beau parquet

Je pourrai faire un paragraphe complet sur les bugs : notre tête qui transperce les portes dès qu’on change de pièce, les ennemis qui restent bloqués, les objets qui disparaissent, les QTE qui buggent alors qu’on appuie sur la bonne touche, bref… Remothered : Broken Porcelain est une énorme déception. Un jeu mal fini, qui visait sans doute trop haut, et qui au final est un pétard mouillé. Je le déconseille grandement.

Remothered: Broken Porcelain Note XboxOrNot

sur 100

  • Ambiance
  • Bande son
  • Pas dégueulasse graphiquement
  • Gameplay tout pété
  • Bugs en folie
  • Chiant à jouer
  • Discrétion avec un perso... pas discret!
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.

Commenter

Participer à cette discussion.