Resident Evil : Revelations 2 - La bande à Barry

Les jeux vidéo qui adoptent un rythme de sortie épisodique sont de plus en plus à la mode. Capcom en profite pour nous caler un Resident Evil : Revelations 2 sous ce format pour tenter d’attirer le badot en plus du fanboy habituel. Une bonne idée marketing ?

J’ai commencé à jouer à Resident Evil : Revelations 2 lors de la semaine de la sortie de l’épisode 1. J’ai eu la chance d’avoir le jeu complet, sans avoir à attendre entre deux épisodes, donc j’ai pris la décision d’attendre la fin de l’embargo du jeu complet pour publier ce verdict, car à mes yeux, il n’était pas intéressant de faire un test par épisode. En effet, que dire au final après 4 tests si ce n’est de spoiler l’histoire à mort, ou de se plaindre des mêmes défauts sans cesse. Capcom a découpé son jeu en épisode au niveau de la narration. L’idée est bien sympa et cela colle bien au scénario. A la fin d’un épisode, on a un petit « prochainement dans Revelations 2 ! » qui nous montre une petite bande annonce de ce qui va nous arriver et quand on reprend l’épisode suivant, pareil, on a un « précédemment » qui nous résume l’épisode d’avant. Les fans de séries TV seront ravis !

Monsieur... c'est quoi ça ???

Chaque épisode dure à peu près 2 heures. C’est assez court mais suffisant pour éviter le côté répétitif du titre. Resident Evil a la fâcheuse tendance de nous faire tourner en rond avec ses énigmes d’objets à aller chercher à un endroit pour ouvrir une pièce qui n’était pas accessible avant. Personnellement, cela gonfle plus la durée de vie que le plaisir de jeu car vu la gueule de l’énigme… Bref, j’ai fini le jeu de base en 8 heures environ. En achetant le jeu en version boite, disponible dans quelques jours(histoire de sortir après le rythme de parution hebdomadaire des épisodes sur le live), nous aurons accès à deux épisodes bonus. J’y reviendrai mais cela ajoute 2 heures à l’ensemble. Et cela ne concerne que la campagne du titre. Globalement, si on aime Resident Evil : Revelations 2, pour tout faire à 100% et jouer à tous les modes, il y a de quoi faire.

Achevez-moi j'en peux pus d'avoir la gueule de travers !!!

L’histoire de Resident Evil : Revelations 2 se situe entre le cinquième et le sixième épisode de la série originale. Car Revelations est un spin off, Capcom essayant de multiplier les pains, enfin les bénéfices plutôt. Dans RE : Revelations 2, on nous propose une histoire racontée via deux timelines différentes et au final, sans trop spoiler, vous vous doutez bien que toutes se recoupent. Bref, deux timelines, deux groupes, quatre personnages : chaque épisode est découpé en deux actes. Tout d'abord, un premier acte où on dirige Claire Redfield et Moira, la fille de Barry Burton, puis ensuite un second acte, où on a la chance de contrôler ce bourru de Barry, ainsi que la petite Natalia. La coopération est mise en avant et il est d’ailleurs possible de jouer à deux en local avec des écrans fenêtrés. L’idée est sympathique mais le soucis est lié aux particularités des personnages : seuls Claire et Barry peuvent utiliser des armes à feu. Moira aura juste une lampe torche pour aveugler les zombies et un pied de biche pour les taper au cas où ils s’approcheraient de trop, alors que Natalia c’est pire, elle ne sert qu’à voir les ennemis à travers les murs (cela reste pratique, mais bon, niveau action, c’est la fête) et de temps en temps on peut foutre un coup de brique sur un zombie qui traine par terre. C’est moins chiant que la coop sur Mario Galaxy (si si, il y a le deuxième joueur qui contrôle une flèche à l’écran dans ce super hit de chez Nintendo) mais l’équilibre des forces du gameplay peut être un frein pour motiver le deuxième joueur. Sauf si celui-ci apprécie de surtout « participer » à l’expérience en filant un coup de main salutaire.

La même image mais d'un autre point de vue (recyclage chez XON)

Je ne veux pas trop parler du scénario pour ne pas spoiler celui-ci car l’intérêt principal de cette histoire est justement ses rebondissements. C’est comme si je voulais balancer le final d’une série avant que vous commenciez à la regarder. Sachez en tout cas, que dans toutes bonnes séries, à chaque fin d’épisode, il y aura un bon gros cliffhanger des familles, histoire de vous motiver à enchainer la suite ! Bien joué Capcom ! Alors oui, le scénario est simpliste et caricaturale, mais personnellement, je ne m’attend pas à grand-chose d’autre dans un TPS d’action, surtout avec des ennemis zombies et autres mutants chelous. Alors ceux qui disent que c’est digne d’un nanar, j’aimerai bien savoir s’il passe leur temps libre à regarder Arte toute la journée. Techniquement parlant, le jeu est correct sans plus. Ce n’est pas magnifique loin de là, mais le titre tient la route, je n'ai rien vu de bien méchant à part de légers freezes lors du chargement d'une zone nouvelle. Il ne faut pas trop regarder la qualité des textures sinon... Mais j’ai apprécié la qualité des cinématiques, c’est déjà ça ! Et le doublage français tient la route. Les environnements sont plutôt variés et les effets de lumière, quoique simples, sont plus travaillés qu’avant, avec de la vraie pénombre( au moins la lampe torche est vraiment utile). La Xbox One n’est pas utilisée à fond, c’est sûr, mais on n’a pas les yeux qui saignent quand on a le pad en main.

C'est moi ou le plafond descend ?

Je reviens donc sur le contenu du jeu en version boite. En plus de la campagne principale découpée en 4 épisodes, on a le droit à deux épisodes bonus, qui comblent des moments vides de la timeline du scénario de base. Un épisode avec Moira plutôt sympa avec des vagues d’ennemis à tuer et un autre avec Natalia, beaucoup moins cool, car axé sur l’infiltration, car honnêtement, je ne trouve pas que ce soit adapté au gameplay du titre. Le balai dans le cul à la Resident Evil est toujours là, même si des progrès ont été fait par rapport aux épisodes antérieurs. Mais le demi tour sur un axe rotatif existe toujours… Et c’est chiant. Ces deux épisodes bonus sont jouables également en coopération, mais je n’en dis pas plus, pour ne pas spoiler encore une fois l’histoire. Je suis sympa ! A côté de cela, on a le droit à un mode Commando, une sorte de mode vagues, avec pleins de bonus à débloquer dans tous les sens et un score à battre. Sympa mais vite redondant, il faut vraiment aimer le gameplay du jeu pour passer sa vie dessus. Ce mode commando est également jouable en coop local et sera prochainement jouable également en ligne, normalement à la fin du mois après une petite mise à jour.

KITT vient me chercher

Resident Evil : Revelations 2 est un cru qui tient la route mais qui ne fera pas non plus date dans la saga. Le fan-service est de mise et les habitués de la saga seront aux anges avec cet opus qui a quand même un contenu étoffé, surtout si on veut tout faire à 100%. Pour les joueurs de passage, faire la campagne vous prendra une petite dizaine d’heures en mode normal, ce qui est correcte sans plus. Vendu au prix conseillé de 39.99 euros, le rapport qualité/prix est correct, on est loin du scandale. Après pour les indécis, il est tout à fait possible de se lancer en achetant le premier épisode en format numérique et si ça plait, les autres épisodes seront vite achetés dans la foulée ou le season pass. Le client est roi.

Il courrait et pan! il s'est bouffé le coin du marbre...

Resident Evil : Revelations 2 Note XboxOrNot

sur 100

  • Découpage en épisodes
  • Barry Burton
  • Contenu conséquent
  • Prix cohérent
  • Même si c'est mieux... il y a toujours de la rigidité niveau maniabilité...
  • Le mode commando complet mais redondant
  • Techniquement propre mais pas franchement digne de la console
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.