Sherlock Holmes : Chapter One - Malin comme un Holmes

Sherlock Holmes est de retour!

Après un petit détour de la licence avec The Sinking City, Frogwares revient à ses amours avec le célèbre détective. Cette fois-ci, nous allons découvrir les jeunes années de Sherlock, d'où le nom du jeu, Sherlock Holmes : Chapter One.

Une soirée costumée?

Dans ce nouvel épisode, nous débarquons à Cordona, une île fictive de la Méditerranée où Sherlock a passé une partie de son enfance, et où sa mère a trouvé la mort. Dans Sherlock Holmes : Chapter One, nous allons retrouver un Holmes âgé de 21 ans qui retourne sur ses terres pour visiter la tombe de sa mère, mais bien vite, le voyage de deuil va se transformer en "Detective Trip". Il semblerait que de nombreux mystères entourent ce décès et Sherlock va partir en quête de vérité. A Cordona, il fait bon vivre en apparence, mais le crime et la corruption sont grandement de la partie. Beaucoup de vices qui vont mettre des bâtons dans les roues de notre ami détective. Comme nous découvrons la jeunesse de Sherlock, ce bon vieux Watson est absent du jeu. On fera l'aventure aux côtés de notre ami Jon, mais je n'en dis pas plus.

Le manoir familial 

Dans ce nouvel épisode, nous allons découvrir un vrai jeu en monde ouvert. La carte de Cordona est plutôt intéressante, d'une taille correcte pour un Sherlock qui se ballade principalement à pied. On croisera des PNJ qui pourront nous donner des quêtes secondaires ou nous aider dans notre recherche d'indices. On pourra également aller dans des boutiques pour acheter des vêtements ou du mobilier pour aménager notre manoir. Heureusement, à force de découvrir la ville, on pourra débloquer des points de voyage rapide, cela nous évitera des aller-retours chiants à pied. Pour le reste, il y a les enquêtes classiques avec des interrogatoires, des recherches d'indices ou encore le Palais Mental qui, via les indices découverts, nous permet de faire des déductions ou même de rendre des verdicts. Lors d'une enquête, on pourra choisir le destin de notre suspect. Un choix moral qui permet de donner un intérêt au titre, au lieu de suivre bêtement une ligne tracée sur le sol.

Quelques plans vraiment chouettes

En contrepartie, on est parfois perdu dans le jeu. Il n'y a pas de suivi automatique d'une mission. Le joueur doit sélectionner sa preuve dans son carnet pour suivre une piste. Sauf que le carnet se remplit vite, et que malgré quelques icones visuels pour nous aider, on n'est jamais pris par la main. C'est plutôt perturbant, surtout que tout n'est pas toujours clair. J'aurais aimé un peu plus d'aide ou du moins la possibilité d'avoir une aide supplémentaire sur ce point. Dans une mission, si l'on ne sélectionne pas la bonne preuve, on ne pourra jamais avoir la bonne interaction à l'écran dans la pièce prévue, et du coup, bah, on peut tourner en rond longtemps. 

Pas la meilleure idée du jeu

Il y a également des combats dans Sherlock Holmes : Chapter One. Et bien, ce n'est pas l'idée du siècle. Korganor avait déjà pesté sur ça dans The Sinking City, et bien ici, ce n'est pas génial non plus. Cela n'apporte rien au jeu, mis à part l'impression de faire un combat en sortie de bar. En général, il faut tirer sur des zones colorées sur nos ennemis pour les étourdir afin de les finir avec un QTE. Ou alors, leur foutre des cartouches dans la tronche en attendant qu'ils meurent. Le gameplay dans ces phases de jeu est rigide et globalement, cela casse le délire du jeu. Heureusement, il est possible de zapper les combats dans les options. C'est à se demander si les développeurs eux-mêmes ne doutaient pas de l'intérêt de ces phases de gameplay.

Je me balade en ville

Techniquement, Sherlock Holmes : Chapter One dans cette version Xbox Series est plutôt intéressant. Cela reste un jeu cross-gen, je ne suis pas tombé à la renverse de ma chaise en jouant à ce titre. Mais la direction artistique est vraiment agréable avec des environnements plutôt réussis, des textures propres et des effets de lumières vraiment chouettes. Les graphismes sont plutôt jolis, si l'on met de côté les animations un peu raides globalement, même si c'est en progrès par rapport aux autres titres de la série. Ce n'est pas le plus beau jeu de l'année, mais Frogwares progresse sur un plan technique c'est indéniable. A noter tout de même quelques chutes de framerate, elles ne sont pas nombreuses mais on espère que cela sera corrigé rapidement avec un patch. La bande son est de qualité, avec des musiques très agréables, des doublages en anglais de qualité et des bruitages corrects. Par contre, le gameplay souffle le chaud et le froid : la partie recherche/enquête/open world est réussie, on prend plaisir à découvrir la ville et à chercher à résoudre les enquêtes. Par contre, les combats sont inintéressants et pas très agréables à jouer, car on se retrouve dans un TPS vieillot et rigide pour le coup. Au niveau durée de vie, c'est du très solide, il vous faudra plus de 15 heures pour voir le bout de la trame principale et bien plus si vous cherchez le 100%.

Réflexion de détective

Sherlock Holmes : Chapter One  est un épisode très sympa de la saga. Mise à part une partie combat inutile (mais supprimable) et un manque de clarté sur le suivi des objectifs, le titre de Frogwares est vraiment agréable à jouer. On prend plaisir à suivre les aventures de ce jeune Sherlock, même si on n'est pas un fan de la licence. 

Sherlock Holmes : Chapter One Note XboxOrNot

sur 100

  • Agréable à regarder
  • Histoire sympa
  • Enquêtes intéressantes
  • Durée de vie
  • Bande son
  • Les phases de combat
  • Chutes de framerate
  • On est parfois paumé
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.