Skate City - Détendu du skate

Envie d'une balade tranquillou sans couvre-feu et sans masque, Skate City est là !

Quand une équipe comme Snowman fait un jeu de Skate... en fait, je m'en fous du nom du studio, je veux juste que le jeu soit bien mais ça m'a fait sourire. Skate City vient donc jouer dans la cour des grands car il faut le dire, la concurrence ne se bouscule pas trop vu les cadors de la discipline. En fait, il y a d'un côté la super star de l'arcade, du fun et le jeu qui a donné ses lettres de noblesse au jeu de skate : Tony Hawk Pro Skater. Le dernier opus est une tuerie et j'y joue régulièrement et Riggs pourra vous dire que je m'acharne vu le vacarme que je fais sur ma manette. De l'autre côté, la référence du côté plus simu avec Skate de EA qui n'a pas vu d'épisode depuis un bail mais donc le dernier épisode est toujours aussi sympathique. 

Tranquillement à base de tranquillade ! 

Skate City a donc la lourde tâche de se faire une petite place. C'est comme vouloir faire un jeu de foot à côté de Fifa et PES... Pas facile. Mais possible car par exemple, j'ai toujours beaucoup d'affection pour Thrasher Skate & Destroy. Skate City est donc un petit jeu à 15 euros qui veut nous emmener dans 3 lieux où il fait bon skater : Los Angeles, Oslo et Barcelone. Oui, c'est tout... C'est le côté un peu frustrant de Skate City mais j'y reviendrai. 

Petit numéro d'équilibriste ! 

Dans ces lieux, vous pouvez chiller tranquillou, détendu du skate en accomplissant quelques objectifs libres ou bien vous mettre sur le mode challenge. Classique mais bien foutu en soi. Par contre, pourquoi, comment ou conséquence de nos actions... Rien. On débloque juste de la monnaie pour débloquer des lieux, des tricks, des améliorations ou des vêtements. 

L'atterrissage est toujours délicat ! 

Dans tous les cas, ce n'est pas le nombre qui va vous étouffer. En effet, Skate City a un gameplay épuré mais à un point tel que nous n'avons pas les 3/4 des figures. Rien que pour le flatland ou les grabs, Skate City peut largement augmenter son nombre. En effet, si les figures présentes sont plutôt sympathiques, elles ne sont pas nombreuses et l'on aura l'impression de vite tourner en rond. 

Grosse confiance ! 

Il faut dire que Skate City fait un pari osé : ollie et ses flips avec le stick gauche, nollie et ses flips avec le stick droit. On grind/slide tout seul si on retombe sur un hedge ou un rail... Bref, c'est épuré et le jeu est en 2 dimensions : on roule que de gauche à droite et lorsqu'on arrive "au bout" du niveau, on reboucle avec le début. En mode libre, autant dire qu'il ne faut pas louper le moment où l'on veut accomplir un petit défi. 

Je sens que je vais me prendre les pieds dans la barrière ! 

Un pari osé et qui fonctionne en partie car si l'on veut vraiment tout accomplir, c'est un peu rude. De plus, le peu de trick rend la chose pas toujours variée malgré les combinaisons que l'on peut faire avec un peu d'imagination. Cela est dû au fait que finalement, le système de jeu nous limite dans nos réalisations. Les trois jeux que j'ai cité au début : THPS, Skate et Thrasher, offraient tous un panel de trick plus varié et plus instinctif. 

Ne pas tomber sur Kévin ! 

Cela ne veut pas dire que Skate City n'est pas bon, c'est juste qu'il faut être conscient de ses limites. Car au-delà de cet aspect, Skate City n'est pas vilain. Il est dépouillé mais avec une âme et une lisibilité qui détend. Si vous ajoutez à cela une bande son plus relax mais cool, vous avez un jeu parfait pour décompresser. C'est bien simple, la semaine où je l'ai testé, j'ai fait des horaires assez rudes avec des journées bien remplie. J'ai allumé Skate City et j'étais relax après ma session même en m'étant vautré ici ou là. 

Skate City n'est pas un jeu de fou. Il n'a pas l'envergure des cadors de la discipline et sur Series XIS, je vais continuer de poncer THPS. Mais Skate City est un petit jeu honnête et relax. 

Balade le long de la plage ! 

 

Skate City Note XboxOrNot

sur 100

Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !