The Escapists - Arrête-moi si tu peux

Michael Scofield est votre héros préféré ? Achetez The Escapits !!! Pas besoin de se tatouer un plan de prison sur le dos pour s’évader en plus !

The Escapits est un jeu sans scénario, outre le fait qu’on nous colle en prison et qu’on doit en sortir. Enfin en sortir… Si l’on veut d’abord !!! C’est cool la vie en prison. L’appel du matin pour régler ses comptes avec les copains, le petit déjeuner pour discuter des coups de putes à faire dans la journée, le travail du jour pour se faire un peu d'argent, le sport de la journée pour se muscler et être plus fort que son voisin, ou encore la douche pour… régler ses comptes avec les copains aussi, mais sans fioritures. On peut se la jouer tranquille dans The Escapits, être « honnête », ne pas faire de vague, être apprécié par tout le monde et… Restez dans sa piaule jusqu’au moment où on aura établi le plan parfait. Mais sinon, on peut aussi faire n’importe quoi, être sanguin, taper tout le monde et là, les parties ne ressemblent à rien et bon courage pour essayer de s’évader. Rien que l’appel du matin sera le début d’une orgie de coups de tatanes entre surveillants et détenus.

Tu me passes la savonnette ?

The Escapits a un style 2D oldies en vue de dessus : des graphismes sommaires comme c’est la mode en ce moment chez les indés. Mais cela n’est pas gênant pour ce genre de titres ou le craft est notre fonction principale. On va devoir récupérer pleins d’objets, interdits ou courants, pour fabriquer des armes ou outils qui seront forcément utiles pour notre évasion. Le seul hic, c’est que le jeu vous lâche dans la nature après un didacticiel super court. Vous avez un morceau de savon et une chaussette : ok ca fera une arme sommaire, c’est assez simple à comprendre. Mais pour faire le moule d’une clef de gardien, on fait comment ? Et bien il vous faudra trouver. The Escapits ne vous aiguillera jamais ou presque. Il y a la routine de la prison (enfin des prisons, car le titre en propose quelques unes, avec une difficulté différente pour chacune) qui dicte les journées et il y a la malice de notre avatar, pour s’évader ou préparer son évasion sans se faire griller.

Une chambre de rêve

Le jeu vous mettra constamment face à vos erreurs. Vous avez réussi à récupérer une clef ? Le temps de visiter la pièce, le gardien sera réveillé et vous chopera direct. Vous avez commencer à creuser un trou la nuit en passant par des aérations ? Manque de bol, vous n’aviez pas pensé à simuler votre présence dans votre lit, du coup, les gardes vous recherchent. Bref, on passera son temps à échouer pour finir 3 jours au cachot, perdre les objets qu’on avait sur soi et réfléchir un peu à sa connerie. Des fois, quand je suis frustré, je bouche les chiottes des connards qui habitent à côté de ma cellule, cela me détend. Mais chacun son trip.

L'appel, ou comment retrouver les copains pour la baston

The Escapits est un vrai jeu de découverte et de glande avec un grand G. On apprend en jouant et il faut avouer que le temps passe vite dans le jeu, on se dit « une petite session » et en fait, on a passé la journée à préparer un coup qui foire. Chronophage donc, mais frustrant aussi. Il ne faut pas avoir les nerfs à vif quand on se lance dans cette aventure. Et il faut aussi tolérer cet aspect graphique très dépouillé. Mais l’expérience vaut tout de même le coup.

The Escapists Note XboxOrNot

sur 100

  • La glande
  • La liberté
  • Réflechir pour se barrer
  • Moche quand même
  • Un peu trop laisser à l'abandon par le jeu
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.