Train Sim World 2020 - Est arrivé en gare

J'avais envie de l'aimer ce jeu, j'avais envie qu'il soit bien, mais la réalité en a été autrement.

Train Sim World 2020 est arrivé au quai Xbox ONE depuis quelques semaines, il est temps de regarder ce qu'il en retourne.

Le premier constat, c'est que le jeu n'a rien à voir avec les captures d'écran que l'on peut voir un peu partout. La qualité graphique est bien en dessous des images du kit de presse c'est pourquoi, comme à mon habitude et dans la mesure du possible, j'ai accompagné mon test avec des captures persos. Ouais, ça fait mal aux yeux, mais là plus de mensonge, c'est le jeu tel qu'il est vraiment sur Xbox ONE X.

L'effet de vitesse est plutôt bien rendu sur les caméras extérieures.

Le jeu commence avec une phase de tuto nous expliquant les bases de la conduite de train. Les contrôles sont un peu maladroits comme souvent dans ce genre de jeux à mon grand regret. Il faudra souvent viser au centre de l'écran un levier en particulier pour pouvoir l'activer ce qui dans l'urgence n'est pas toujours simple à faire. Il est possible de cliquer sur le stick droit pour passer en mode "émulateur de pointeur de souris" mais à vrai dire, c'est limite pire car notre curseur se balade à l'écran à 2 à l'heure avec le stick droit tout en continuant à bouger la tête avec le stick gauche. C'est.... pas pratique du tout. Mais il faut l'avouer tout de même, notre cerveau se reformate tout seul et on finit par s'y faire à la longue. Mais cela n'empêchera pas le fait que ce n'est pas ergonomique du tout.

L'intérieur des trains change en fonction du modèle, mais la conduite elle, reste assez similaire. On notera cependant des différences de contrôles principalement entre les trains de fret et les trains de transports de civils. Mais c'est plus pour lancer le train, les manettes à activer sont plus ou moins nombreuses et se font dans tel ou tel ordre. Mais une fois le train lancé, tout est toujours pareil. La seule chose qui change, c'est la vitesse de pointe de donc le temps de freinage qu'il faudra anticiper.

Les gares sont plutôt moches, quelle tristesse.

Freiner pour bien se placer devant le quai d'une gare n'est si facile qu'il y paraît. Heureusement d'ailleurs cela donne un minimum de challenge dans le jeu. Mais quand on a fait un freinage parfait, qu'on s'arrête pile à l'heure prévue et qu'on ouvre les portes pour ensuite regarder par la fenêtre, on est bien triste de constater que le jeu est mort. Il n'y a aucune vie, aucun pnj qui se balade, aucun contrôleur en chef qui vérifie qu'il n'y a plus personne sur quai avant de siffler un grand coup pour nous donner le départ. Rien, que dalle, même pas un bagage abandonné avec une équipe de démineurs.

Et force est de constater que ce point précis est inexcusable. Si la maniabilité dans les choux et les graphismes des années 90 peuvent encore passer pour les passionnés les plus courageux, le manque de vie les achèvera certainement. C'est simple, demandez à n'importe quel fan de modélisme de trains, il vous dira que les figurines des voyageurs ainsi que leurs accessoires sont tout aussi important que les trains eux même. C'est ce qui donne le côté réaliste au reste du décors.

Les intérieurs sont pauvres.

Train Sim World 2020 a une durée de vie qui variera en fonction du nombre de DLC achetés. J'ai eu la chance de tester l'édition complète, mais fatalement cela biaise un peu ma vision des choses. Au prix du DLC, c'est un beau cadeau de la part de l'éditeur, mais cela fait surtout flipper. Car pour avoir le jeu que j'ai testé, le joueur lambda devra débourser un paquet de pognon. Les prix pratiqués pour les DLC sont beaucoup trop chers. Et sans ces DLC, le jeu de base propose très peu de contenu pour son prix.

Donc par défaut la durée de vie est pauvre. Avec les DLC, les plus passionnés auront de quoi s'amuser des heures tellement les défis et scénarios sont nombreux, mais à quel prix...

Les tracés sont longs et variés.

Je l'ai déjà dit, et vous l'avez vu avec les captures, le jeu est graphiquement à la ramasse. On pourrait excuser les textures dégueulasses et la forte redondance de celles-ci. Pareil pour les modèles 3D qui semblent tous être un cube plus ou moins grand avec une texture dessus. Mais aucune ombre, ça par contre ça ne passe pas. Le jeu est loin d'être gourmand à la vue de ce qu'il propose, donc il est supposé pourvoir afficher des ombres sans souci. Pas d'ombres, pas de profondeur dans ce que nous voyons en jeu. C'est un retour aux années 2000 qui fait mal aux yeux.

Les scénarios et défis sont nombreux.

Le jeu a une ambiance sonore décevante, on aurait aimé entendre des annonces en gares, des cloches sonner ou des sifflets retentir, que... dalle. Nada! Dans la cabine du conducteur c'est déjà plus sympa mais c'est pas ultra immersif non plus.

Les sont des trains se ressemblent tous, on entend pas le bruit caractéristique des jointures entre deux rails ou des aiguilleurs. C'est vraiment très limite pour un jeu spécialisé sur la conduite de trains. Grosse déception pour ma part.

Tchou tchou ou plutôt bling bling, les DLC sont affreusement chers.

Train Sim World 2020 est un jeu de passionnés cela ne fait aucun doute. Pour être vraiment intéressant, les DLC sont indispensables et malheureusement ceux-ci sont beaucoup trop chers. Une fois en jeu, les graphismes sont loin des images des communiqués de presse et la gameplay est vite redondant. Mais malgré ses défauts, c'est tout de même une référence du genre faute de mieux. Les fous de train ont de quoi s'amuser pour des heures.

Train Sim World 2020 Note XboxOrNot

sur 100

  • Jeu + DLC propose des heures de jeu
  • Un jeu en mode à la cool
  • Cabines du conducteur réalistes
  • Tout est si vide.
  • Revient très vite très cher
  • Prix exorbitant des DLC
  • Redondant par définition
  • Jeu de base assez pauvre en contenu
  • Plutôt laid
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.