8-Bit Armies - Met le paquet

8-Bit Armies mérite l'attention de tout fan de petit soldat qui aimerait dominer le monde.

Sur console, les jeux de stratégies sont rares, un RTS au pad, tout le monde vous le dira, c'est pas optimisé du tout. Mais certains arrivent à sortir du lot. Pas difficile me direz vous quand on voit à quel point ils sont peu nombreux à tenter de relever le défi du jeu de stratégie temps réel.

En effet, avoir plusieurs unités, plusieurs groupes d'unités, des constructions de bâtiments et leurs améliorations ainsi que des trajectoires de groupes à gérer peu vite devenir une vraie plaie au pad. Avec le temps de réactivité médiocre au genre que celui-ci impose, le pad n'est pas aimé des stratèges. 8-Bit Armies s'en sort bien sur ce point particulièrement important. Une petite période de rodage sera nécessaire mais on se fait aux contrôles très vite.

En route pour tout péter!

8-Bits Armies ne s'ennuie pas avec les fioritures, pas de scénarios, pas de continuité explicite dans la continuité des choses, on construit, on attaque, on défonce. On aura tout de même le choix entre deux "campagnes". Les guardiens et les renégats. Les cartes et les unités changeront mais le principe reste le même. On aura parfois la surprise de refaire certaines map dans les deux factions mais d'un point de vue différent avec de nouveaux objectifs bien sûr.

La construction est relativement classique. Le quartier général est notre bâtiment de départ, il nous permettra de faire tout le reste à commencer par construire une raffinerie pour collecter du pétrole aux puits. C'est la seule ressource à collecter. L'autre ressource, l'électricité, s'obtient en plaçant des générateurs ce qui nous permettra d'exploiter plus de bâtiments. On est sur du grand classique comme vous pouvez le constater. Les objectifs le sont tout autant, à savoir, collecter des caisses, détruire certains bâtiments précis ou tout simplement péter la gueule des tous les ennemis et tout raser.

Le menu radial est bien pensé et permet d'être très réactif.

8-Bits Armies brille par son ergonomie des contrôles. LB nous permettra d'ouvrir le menu radial de construction des bâtiments, ultra lisible et efficace. RB ouvrira quand à lui le menu radial de recrutement d'unités. Bien évidemment, en début de partie la plupart des options de ces menus seront bloquées, il faudra les débloquer en construisant les bons bâtiments.

Le menu radiale des unités a une particularité sur laquelle repose tout le système de groupe dans le jeu. Au moment de choisir de recruter une unité, il est possible de lancer le recrutement avec X, Y ou B. Cette unité sera alors automatiquement affectée au groupe correspondant à ce bouton. Ainsi, en double cliquant sur l'un des trois la vue se déplacera sur le groupe en question et le sélectionnera. Il faudra alors appuyer sur la touche A pour ordonner un déplacement.

Les attaques seront souvent bourrines.

Ce système de création de groupe a ses avantages et ses inconvénients. La sélection est ultra simple et l'action en devient très rapide. Le problème est que pour les puristes, la micro gestion est tout bonnement impossible. Impossible également de grouper les unités par type puisqu'il n'y a que 3 groupes à disposition. Et enfin, lorsqu'on attaque tout en recrutant des unités pour le groupe en attaque, nos unités recrutées se taperont tout la map en solo pour rejoindre le groupe qui attaque au premier ordre. C'est pénible car des fois elles peuvent se faire terrasser bêtement une par une et ne jamais arriver à destination.

8-Bits Armies est un jeu qui ne fait pas dans la finesse, on est là pour bourriner et dans le genre il est plutôt bon. On pardonnera donc facilement cette histoire d'unité au compte goutte car on général on aura tout raser avant. Cela limite donc les occasions, mais elles se présenteront quand même quoiqu'il arrive.

Personnellement j'ai choisi la configuration suivante qui roulait très bien, X pour les unités d'infanterie, Y pour les unités véhiculées et B pour un mix des unités destiné à défendre la base. Cela roulait à la perfection et était assez redoutable.

Certains environnement sont vraiment réussis.

Le gros point fort de 8-Bits Armies à mon humble avis réside dans son design. Le jeu est parfaitement modélisé et fluide et évoque dès la première partie une certaine nostalgie. J'adore le design low poly cubique, je ne m'en cache plus, j'avais déjà adoré les graphismes de The VideoKid qui est un peu dans le même genre. Mais là avec 8-Bits Armies on est au top. C'est fin, parfaitement lisible et joli. Les animations et les décors sont de toute beauté. J'ai vraiment accroché. Bien évidemment, si vous êtes réticent à ce genre de design, cela risque de coincé. Mais c'est à l'heure actuel ce qui se fait de mieux en low poly cubique.

Les bâtiments sont plutôt jolis.

8-Bits Armies ne saura peut être pas assouvir la soif de stratégie des plus fins stratèges d'entre nous tant son gameplay est résolument bourrin et arcade. Il n'en est cependant pas pour autant trivial. Dans son style, il fait bien les choses et est efficace. Ses nombreux modes de jeu, campagnes coop et escarmouches en ligne saura rallonger considérablement l'intérêt du jeu sur le long terme, surtout si vous avez la chance d'avoir des amis qui accrochent aussi. Pour ce qui est des deux campagnes, elles se parcourent assez vite, comptez une 15 d'heures de jeu pour un premier passage à 1 étoile. Pour obtenir les 3 étoiles à chaque carte, il vous faudra remplir des objectifs bien précis, comme terminer avec un seul type d'unités par exemple, ce qui représentera des défis plus ou moins difficiles à atteindre.

8-Bits Armies prend des risques et nous sert un jeu fort agréable à découvrir. N'ayant que peu de concurrents dans le domaine sur Xbox ONE, il tire forcément son épingle du jeu et s'impose comme un titre à tester pour les intéressés. Notons enfin qu'il est entièrement traduit en français ce qui n'est pas pour nous déplaire.

8-Bit Armies Note XboxOrNot

sur 100

  • Ultra bourrin et s'assume comme tel
  • Multijoueur et coop
  • Design magnifique dans son genre
  • Stratégie sur console
  • Les groupes ingénieux mais limités
  • Un déplacement en mode attaque aurait été bien vu
  • IA des ennemis aux fraises
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.