Construction Simulator 2 US - Console Edition - Belle surprise

Si vous rêviez de construire une maison, refaire une route, couler une allée en béton et j'en passe, Construction Simulator saura vous combler.

Il est difficile de tester Construction Simulator 2 US Console Edition en ne précisant pas qu'il est à un tout petit prix. Ajouté au fait qu'il s'adresse à une niche de passionnés de la construction, je vais pouvoir commencer mon test qui ira en ce sens.

Construction Simulator 2 Us est une grand réussite, qu'il va falloir modérer certes, mais le but du jeu est clairement atteint même si il n'est pas exempt de défaut.

Le système de dialogue apporte un plus non négligeable.

Nous sommes dans la peau d'un entrepreneur du bâtiment qui cherche à faire fructifier sa boîte en retroussant ses manches et en mettant la main à la pâte. Ce n'est pas pour nous déplaire, on est là pour ça.

Le jeu commence sur un bref didacticiel nous apprenant les bases de la conduite de poids lourd et du GPS. Sachez que si au premier coup d'oeil on a l'impression d'être pris par la main, c'est relativement faux et c'est d'ailleurs le reproche principal que j'ai à faire au jeu. Certaines nuances dans les contrats, certaines fonctionnalités de l'interface ne sont pas expliquées. Il conviendra donc de fouiller un peu et de creuser dans le menu à défaut de dans le sol. Je pense ici notamment à l'utilisation du GPS, l'affichage de la légende de la carte et surtout l'affichage des coûts réels d'un contrat avant même de signer celui-ci. Soyez curieux! Si vous avez le sentiment qu'une information vous manque, il est fort à parier qu'elle soit présente à un endroit où vous n'avez pas encore cherché.

Plus on avance dans le jeu et plus on se prend au jeu. C'est bon signe!

 Notre aventure prendra ensuite la direction du concessionnaire pour acheter un camion à plateau qui nous permettra de faire des livraisons de matériel. Il faudra dans un premier temps aller chercher les palettes de matériaux chez le fournisseurs, les charger sur le camion avec la mini grue du camion, sécuriser la cargaison puis prendre la route jusqu'au chantier et tout décharger sur place. Vous le comprenez, dans Construction Simulator, on fait tout. Si les trajets peuvent sembler un peu longs parfois, il est toujours possible de les zapper moyennant finance.

Généralement, un contrat commence par la case fournisseur de matériaux.

  Les premiers contrats disponibles seront essentiellement des livraisons de marchandises. Il est possible de louer un véhicule chez le concessionnaire le temps d'un contrat. Ce qui permet donc de signer des contrats nécessitant des véhicules que nous ne possédons pas encore. C'est un excellent moyen de se faire un peu d'argent pour ensuite acheter les véhicules dont on rêvait quand on était gamins ou tout simplement d'utiliser un véhicule tellement spécifique que son achat serait finalement peu rentabilisé.

Livraison en court! Les graphismes sont simples mais corrects.

La progression dans Construction Simulator est relativement douce. Mais on n'est pas à l'abris de se retrouver sur la paille non plus. Heureusement des contrats sans mise de fond sont toujours là pour nous sortir de la merde. De ma propre expérience, un contrat peut s'avérer un gouffre financier si on ne fait pas attention aux coûts qu'il implique avant de l'accepter. Malheureusement cet onglet n'est pas visible par défaut et pourtant il a une grande importance. Donc avant que je trouve son existence, j'ai eu le plaisir de me retrouver avec un camion benne, un tombereau, à moitié plein. Ne pouvant pas acheter tout le gravier / bitume nécessaire faute d'argent et n'ayant que pour seule option l'annulation du contrat avec la perte de tout le fric investi jusque là, je me suis retrouvé à 0 crédits... Donc faites bien attention à cela.

Cet onglet permet de connaître les coûts d'un contrat ainsi que les véhicules nécessaires.

 La maniabilité du jeu est perfectible et sera ressentie différemment en fonction des joueurs. J'ai trouvé la conduite très convaincante, quelque soit le véhicule, que ce soit un super poids lourd ou une pelleteuse. On ressent la différence entre un tombereau plein ou vide. La maniabilité de la pelleteuse pour creuser est un peu déconcertante au début mais on s'y fait à la longue. Je regrette cependant que lors des phases où on doit creuser des trous, la progression soit si lente malgré des pelletée pleines à 100%. C'est fun à faire mais un peu longuet par moments. De même pour couler le béton dans les fondations.

La construction de maisons fait partie des contrats les plus complets.

 Construction Simulator propose une progression douce comme déjà évoqué. Un contrat qui rapporte nous permet d'acheter de nouveaux véhicules, de nouveaux véhicules permettent de faire des nouveaux types de contrats de manière récurrente. Des contrats menés à terme avec brio nous apporteront de l'expérience qui pourra, à chaque niveau d'entrepreneur, être dépensée sous forme de points de talents. C'est original pour le genre et en plus assez pratique car cela offre des bonus notables et plus qu'appréciés comme des réductions chez le concessionnaire, un coût réduit pour la réparation de nos véhicules lorsqu'ils sont entreposés dans notre garage, un pourcentage bonus de chargement des tombereaux, etc...

Une fois un chantier fini, la maison restera pour toujours. La ville évolue vraiment au fur et à mesure.

Comme le montre la capture ci-dessus, le jeu propose également une progression purement visuelle. Lorsqu'on finit un chantier d'une maison où il n'y avait avant que de la poussière, la maison restera. On voit petit à petit la ville évoluer ce qui apporte de la satisfaction pour le joueur et le désir de complétion. C'est bien trouvé de la part du studio Astragon Entertainment. Ils caressent les joueurs dans le sens du poil.

L'ouverture d'une nouvelle zone est synonyme de gros contrat qui fait plaisir.

 Enfin, lorsque le joueur aura atteint un certain niveau, tous les 15 niveaux précisément, il débloquera une nouvelle zone avec de nouveaux défis. Si on devait séparer les zones, je dirais que la première, la plus simple, s'apparente à une banlieue lointaine avec des pavillons, la deuxième est similaire mais plus dense et avec des pavillons sur 2 étages, la troisième comprend des immeubles de quelques étages et enfin la quatrième comprend des grattes ciel. Il y a de quoi faire, le jeu nous offre vraiment un très gros contenu.

On peut coordonner le tombereau tout en damant la route pour stocker l'asphalte.

L'interface du jeu est propre et lisible, bien que comme dit plus tôt, certaines informations ne sont pas évidentes à trouver, les menus sont clairs et complets. On trouve absolument tout ce dont on a besoin, même des infos sur les véhicules pour les plus passionnés. La marque Caterpillar est majoritairement représentée chez le concessionnaire, mais certaines autres marques sont également disponibles.

Chaque contrat est chronométré.

On regrette que le jeu ne soit pas multijoueur car le mode s'y prêterait beaucoup. De la même manière qu'un MudRunner Spinetires, les joueurs pourraient chacun conduire un véhicule différent dans le but de finaliser un contrat commun. Car des aller-retours vous allez en faire, donc à deux, cela aurait été mieux.

Il est très important de revendre les matériaux inutilisés.

 Graphiquement le jeu est très simple et n'a pas la prétention d'offrir plus. Les camions sont très bien modélisés et sont convaincants dans leur utilisation et dans leur ensemble de sons. Malheureusement le décors est un peu pauvre et les autres véhicules sont un peu laids. Mais cela ne ternit en rien le plaisir de jeu.

Ce trou m'aura rendu fou.

Pour finir, parlons des choses qui fâchent. Je tiens à en parler car il est possible que je ne sois pas le seul dans ce cas. Mon test a frôlé la catastrophe, je me suis retrouvé dans un enchaînement d'actions improbables ce qui fait que j'avais un objectif à atteindre en tout début de jeu, creuser avec la pelleteuse, mais le jeu ne me considérait pas en train de le faire. Bizarre, inexplicable pour moi, j'ai préféré relancer une partie. J'ai alors suivi tous les objectifs à la lettre et j'ai pu avancer dans l'histoire. Méfiez vous donc... C'est très regrettable si d'autres personnes se retrouvent coincés dans cette situation improbable.

Nos véhicules sont parfaitement modélisés. On regrette que cela ne soit pas le cas des autres.

 Vous l'aurez compris, Construction Simulator 2 US propose un contenu colossal pour qui voudra creuser l'affaire. Souffrant d'une certaine redondance due au fait de tout faire soi même, il arrive tout de même à nous proposer une multitude de choses à faire ainsi qu'un semblant d'histoire ce qui est un grand luxe dans le genre.

Pour information, j'ai eu le goût de streamer toutes mes sessions de jeu durant mon test. Et comme j'ai vraiment aimé j'ai beaucoup streamé XD. Et bien sachez le, le jeu intéresse beaucoup. Il y avait beaucoup de curieux qui venaient voir de quoi il s'agissait et qui restaient assez longtemps en plus de ça. Il lui manque peu de choses pour décrocher une super note. Espérons qu'il y aura une suite.

Construction Simulator 2 US Note XboxOrNot

sur 100

  • Evolution visuelle des changements dans les villes
  • Maniabilité bien pensée
  • Véhicules nombreux et bien modélisés
  • Les aller-retours à droite à gauche
  • La redondance de certains contrats
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.