Call of Duty : Black Ops II - Le Retour de la Revanche du Roi 2

Call of Duty, le rouleau compresseur de cette génération de consoles, est bien entendu présent en cette année de fin du monde avec Black Ops II. Les épisodes de COD s'enchainent, les ventes battent des records, et les "haters" aiment bien casser du sucre sur cette licence. Mais mine de rien, cette année, Activision et Treyarch se sont retroussés (un peu) les manches pour nous proposer un contenu conséquent. Chouette !

Sorti il y a deux ans, le premier Black Ops fut une excellente surprise, car il faut bien avouer que les épisodes réalisés par le studio Treyarch étaient souvent en deçà des Modern Warfare de Infinity Ward. Avec un scénario prenant, un Alex Mason torturé à mort au point que le joueur perde les pédales autant que son héros, ce premier opus était vraiment sympa à jouer. Dans cet épisode 2, la campagne se déroule sur deux époques, dans les années 80 et en 2025. Nous suivrons les aventures de manière alternative de Alex Mason dans le passé et de son fils David dans le futur. Comment ça c'est le bordel ? Mais non, c'est juste que j'explique mal voyons... Bref, le but de la manœuvre est de nous offrir une narration riche en événements et en rebondissements où le terroriste Raul Menendez sera la tête à faire tomber. Bah oui, ce vilain narcotrafiquant qui fout la pagaille dans le monde depuis des années à créer un mouvement, Cordis Die, pour semer la zizanie, et un conflit mondial au passage, entre la Chine et les USA. En gros, il veut foutre la merde dans le monde géopolitique et économique. Comme dirait Jack Bauer : "Son of a bitch !".

Ouais j'ai un gros pétoire tout flou et je vous emmerde !!

Qui dit Call of Duty, dit campagne scriptée à mort, qui pète de partout mais qui se termine en 5 heures, sans aucune rejouabilité. Je vous arrête tout de suite, ce n'est pas le cas. Enfin si, la campagne est toujours aussi prenante, sans temps mort, avec des moments de bravoures exceptionnels comme seuls les COD savent le faire. Quand on a joué au dernier Medal of Honor peu de temps avant, on voit le fossé qui les sépare... La bonne surprise vient du fait que la campagne est plus longue, aux environs des 8 heures de jeux, mais surtout qu'elle propose différentes fins en fonction des choix scénaristiques que l'on aura fait au cours de nos missions. Bien entendu, c'est facultatif, mais le fan a la possibilité de se relancer dans une partie, juste pour voir une cinématique finale différente. C'est quand même un ajout sympathique. Bon après, les joueurs de Call of Duty ne seront pas dépaysés, avec un moteur graphique qui n'a pas beaucoup changé malheureusement. En gros, les graphismes sont toujours aussi réalistes dans leur aspect, et l'ensemble est donc plutôt propre à première vue, mais après, on voit bien que les textures ne sont pas folichonnes, que cela datent un peu, bref, c'est pas très joli. De plus, l'IA est toujours un peu bébête avec des ennemis qui aiment bien venir se faire aligner en rang d'oignons. Mais attention, en vétéran, cela se corse, et les joueurs auront de quoi faire dans certaines phases de jeux plutôt délicates même pour le meilleur soldat du monde. Un petit mot sur la nouveauté de l'année en mode campagne avec les missions Strike Force, qui veulent nous offrir de la tactique dans ce monde de brut... mais au final, on a l'impression de jouer en multi contre des bots idiots dans des maps pas très grandes... L'idée est sympa, mais dans les faits, c'est pas très intéressant ni très fun à jouer. Heureusement, ces missions ne sont pas obligatoires, sauf pour débloquer certaines fins.

Quand tu auras mon age petit gars, tu pisseras dans un tuyau et tu arrêteras de te poser des questions.

Les Call of Duty sont aussi réputés pour le mode multijoueurs qui déchire sa race. Personnellement, depuis quelques années j'ai un peu lâché l'affaire. Au fil des ans, la population qui remplit les serveurs multijoueurs des FPS de guerre a atteint un seuil de non retour au niveau du "kikoolol". À moins de jouer entre potes, venir tout seul sur une map, c'est vite avoir envie de retourner l'arme contre soi. Il suffit de faire un test très simple : si sur une carte, au moindre respawn vous vous faites buter dans la seconde qui suit par le même joueur appelé par exemple "ZzZ_CrAzY_SnIpErZ-ZzZ" campant dans votre base et bien ayez le réflexe ultime de vous barrer !!! C'est franchement dommage, car ce mode est hyper complet avec 14 cartes vraiment bien foutues dans leur genre, et avec une nouveauté dans la gestion des classes très agréables à prendre en main, à la fois pour les petits nouveaux, et également pour les vieux roublards de la série. Le mode multijoueurs de ce Black Ops II est dans la pure lignée des précédents et fera plaisir pour une grande majorité de joueurs et c'est bien le principal.

Tu as de beaux yeux tu sais ?

Par contre j'ai kiffé l'évolution du mode Zombie avec l'apparition du bus. Appelé Tranzit, ce mode jouable jusqu'à 4 en coopération (mais également en solo pour les associables) vous fera commencer dans une zone, et un bus vous permettra de passer d'une zone à l'autre de la carte. Mais attention, le bus ne vous attendra pas, si vous le ratez, il faudra attendre son retour. En attendant, des vagues de zombies débarqueront pour vous bouffer la tête, une bonne occasion pour se faire de la thune pour racheter des armes, des munitions ou tout simplement pour ouvrir des portes. Le plus chic dans tout ça, c'est qu'on peut créer des objets, acheter des atouts qui vous rendront plus fort, et pour les chasseurs de succès, il y a même des petites quêtes improbables. Bref, ce mode Zombie est une excellente surprise, bien loin du simple mode bonus qu'on nous offrait par le passé. On a presque l'impression de jouer à un mini Left 4 Dead, avec des répliques qui envoient du pâté, des moments de bravoure, et bien entendu une seule nana bonasse au milieu de trois pervers en manque de petits culs. Les hommes vont adorer, les féministes beaucoup moins, mais on s'en fout, on est dans un jeu pour barbu non ???

Achetez mon jeu, il est bien !!

Call of Duty : Black Ops II est sans doute un des meilleurs épisodes de cette longue série. On ne retrouve pas ce sentiment de claque dans la gueule que nous avait offert le premier Modern Warfare, mais en tout cas, on peut voir que la saga s'est bonifiée avec le temps. Tout est parfaitement maitrisé dans son genre de la campagne, au mode multi jusqu'au mode Zombie. Et le tout tient sur une seule galette en plus. Ce titre promet des heures et des heures de jeux en solo, en coop et en multi. On pourra toujours pester sur le manque de prise de risque d'Activision qui n'a pas remanié le moteur du jeu, mais mine de rien, on ne peut pas trop leur en vouloir, chaque jeu est un carton planétaire. Il faudra sans doute attendre la next-gen pour découvrir un nouveau Call of Duty qui nous mettra une claque technique. En attendant, vous passerez un hiver au chaud avec votre M16 astiqué avec amour.

Faudrait vraiment que j'arrête la cigarette !

Call of Duty : Black Ops II Note XboxOrNot

sur 100

  • Gameplay bien huilé
  • Campagne scriptée qui envoit du paté
  • Le mode Tranzit
  • Putain les COD c'est génial kikoolol
  • Les missions Strike Force
  • Le moteur commence à dater
  • IA toujours aussi limitée
  • Putain les COD c'est de la merde kikoolol
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.