Dragon Age Inquisition - Tout est bon dans le dragon !

Jamais un bon jeu sans trois ? C'est bel et bien l'adage de la saga Dragon Age qui, dans ce troisième opus, saura capter l'attention des joueurs avec un monde prenant, riche en quête et à l'action aussi dynamique que tactique.

Autant le dire de suite car cela va se voir assez vite : je suis fan de Dragon Age. Dès Origins, j’étais accro et j’ai terminé le jeu de multiples fois juste pour voir les différents embranchements possibles ou les dialogues (et les scènes hot, je l’avoue). Le second volet jouait une carte différente avec plus d’action, moins de tactiques et de choix mais je suis resté scotché. Autant dire que la sortie d’Inquisition est un moment d’intense émotion. Cela dit, tout n’est pas gagné pour ce jeu. Un testeur fan, cela peut être comme une épée à double tranchant : on aime à fond ou on déteste à fond ! Sur XboxOrNot’, on n’a pas la langue dans notre poche en plus. Inquisition va t-il résister à notre interrogatoire ?

Le gang des cornes dans la place !

Bon, je fous les pieds dans le plat et le plat je le fous dans la gueule d’entrée de jeu : le Dragon Keep, c’est de la merde. Bon, ce n’est pas le jeu à proprement parlé mais une application qui permet de transférer ses sauvegardes 360 sur la One. Dans les faits, vous êtes obligés d’aller sur votre ordi/tablette pour faire l’import. Mes succès ont été détectés, mes sauvegardes du second opus également mais pour créer le lien entre tout ça… En effet, des décisions que j’ai prises n’apparaissent pas ou différemment et le système n’est pas souple. J’aurais aimé que cela se fasse via l’interface du jeu directement (surtout que le menu Dragon Keep existe dans les menus). Après, pour être honnête, cela ne changera pas votre vie fondamentalement. Il y a quelques interventions, des clins d’œil, quelques dialogues de-ci de là mais on peut survivre sans cela ou sans avoir jouer à un seul Dragon Age. Mais il faut bien gueuler.

Puisque je vous dis que je suis innocent !

Bon, Dragon Age Inquisition se situe après les deux épisodes déjà sortis. Le monde a survécu a l’enclin et la guerre templiers/mages fait rage. Pour apaiser les tensions et se concentrer sur les forces du mal, la Divine Justinia organise un grand conclave. Manque de pot, tout explose et vous êtes le seul survivant. Ça la fout mal et vous êtes le premier suspect. D’autant plus que vous avez une marque magique sur la main et qu’elle semble être de la même origine que la brèche démoniaque qui menace le monde. Heureusement, vous êtes un chic type et vous voilà aux commandes de l’inquisition. Cette quête va vous mener notamment en Férelden (vu dans DA Origins ) et en Orlais où vous allez enquêter, recruter et sauver tout ce que vous pourrez. De ce côté là, le jeu est dense, très dense. Des quêtes partout, des objectifs divers et des cartes qui laissent de jolis moments d’exploration. Comme dans les précédents épisodes, les dialogues et les choix scénaristiques seront de la partie. A vous les romances et les trahisons les plus dramatiques.

Varric est toujours aussi impertinent !

Sur le gameplay, le jeu est intermédiaire entre la tactique du premier et l’action débridée du second. Ainsi, si les affrontements gardent un côté spectaculaire, il faut se préparer un minimum (même en facile) sous peine de se faire battre. Vous avez négliger un mage dans l’arrière plan, il sera peut-être le fléau de votre groupe ! Dans le fond, si les arbres de compétences sont aussi simples que dans le second, la gestion des objets et des customisation d’équipement sont plus importants que par le passé. Votre dague manque de peps ! Ajoutez une poignée en corne ou une lame en acier plus robuste ! Sans s’en rendre compte, on devient vite accro au loot, au craft et à son personnage.

Bon, à la prochaine mi-temps, on assure les passes !

C’est l’une des forces du jeu, les heures ne se comptent pas et on a l’impression de participer à quelque chose de grand. Certes, le jeu n’est pas sans défauts. Ainsi les graphismes, plaisants, ont toujours ce « grain » Dragon Age qui semble dire « je ne suis pas vilain mais pas tout à fait fini ». Des bugs de collision ou des barrières invisibles nous empêchent également d’aller fureter où nous voulons sans compter le peu de détails de certains environnements. Néanmoins, malgré cela, le jeu offre un contenu impressionnant dans un genre qui est trop peu présent sur Xbox One. Pour ne pas gâcher la fête, les développeurs ont inclus un mode multi qui est un cadeau bonux pour les fans. A l’instar du mode multi de Mass Effect, des missions rapides sont possibles en coop’ en choisissant une classe de personnage. Simple et efficace, c’est un mode qui assume son côté bonus tout en offrant une dose de plaisir et de progression.

Le multi est pêchu !

En résumé, Dragon Age Inquisition offre une aventure XXL dans un monde riche. Certes, le jeu manque de densité au niveau de ces choix de leveling ou de ses graphismes mais avec son intensité des combats, les stratégies à mettre en place et sa durée de vie, c’est un jeu sur lequel compter et avec lequel s’amuser pendant des heures et des heures.

Oui madame !

Dragon Age Inquisition Note XboxOrNot

sur 100

  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Grosse durée de vie
  • Gameplay fun et tactique
  • Univers riche
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Manque d'impact de l'origine du perso
  • Graphiquement perfectible
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !