Neonwall - Efficace

Lorsque Riggs m'a demandé de tester Neonwall, je me suis rappelé ce jeu bizarre du store avec des screens qui ne m'inspiraient pas. J'y suis allé à reculons. Quelle erreur, j'ai adoré!

Neonwall c'est un jeu indé qui commence comme 99% des jeux indépendants, c'est à dire avec un menu dégueulasse. Et une fois n'est pas coutume, le menu ne fait pas le jeu. Et ça Neonwall nous le prouve bien.

Nous avons même la chance d'avoir une pseudo histoire pour un tel jeu. Nous sommes dans une salle d'arcade, sur le point de commencer une partie de flipper lorsque celui-ci nous aspire dans une sorte de vortex. Et hop, les niveaux s’enchaîneront à partir de là avec des petits tutos lorsque nécessaire.

La balle avance plus vite lorsque sa couleur correspond à celle des blocs sur lesquels elle roule.

J'aimerais bien dire que Neonwall c'est comme tel ou tel jeu mais non, je n'ai tout simplement jamais joué à un jeu semblable avant et ça fait d'ailleurs un bien fou de se dire "Mais c'est quoi ce truc?". Je vais donc tenter de décrire le gameplay.

Une bille colorée avance de gauche à droite sur des cubes de couleurs. Le joueur assiste, en vue à la première personne, à l'avancée de la bille d'un point de vue lointain. Si celle-ci est de la même couleur que les cubes sur lesquelles elle avance, elle ira plus vite. Le joueur a en sa possession deux outils, des sortes de pistolets, un dans chaque main. Ces deux pistolets ont chacun une couleur. Trois couleurs existent dans les niveaux, vert, bleu, rouge. Les blocs peuvent avoir ces couleurs ainsi que la balle et les deux pistolets. Les trois couleurs seront réparties entre la bille et les deux pistolets, il ne peut pas y avoir de doublon.

Il est possible de détruire les cubes fragmentés de la même couleur que le pistolet.

On commence généralement avec une bille bleue qui circule sur des briques bleues et ensuite les couleurs s'enchaînent dans le niveau. Lorsque le joueur presse LB ou RB, la bille adopte respectivement la couleur du pistolet gauche ou du droit et celui-ci prend la couleur de la bille.

Cette mécanique permet de faire en sorte que la bille ait la couleur de la surface sur laquelle elle roule pour finir le niveau dans le temps imparti ou éventuellement battre le temps cible

Rapidement, le joueur aura à assimilier d'autres mécaniques qui viendront enrichir le gameplay. Il pourra tout d'abord voir la bille être bloquée par des cubes translucides d'une des trois couleurs si celle-ci n'a pas la même couleur. Des ponts formés par des cubes presque vides pourront être matérialisés si la bille adopte la même couleur qu'eux, ce qui permettra d'éviter de tomber dans le vide ou au contraire, forcer la bille à tomber vers le passage approprié.

Ce niveau est le premier vrai défi du jeu pour lequel il faudra s'accrocher.

Autre mécanique, des blocs fragmentés feront leur arrivée dans les niveaux. Ceux-ci peuvent être détruits par les pistolets en appuyant sur LT ou RT à condition de les viser bien sûr et d'avoir un pistolet portant la même couleur. Cela permettra de dégager le passage pour que la bille puisse continuer à progresser.

Dans les niveaux suivants, le joueur apprendra à déplacer certains blocs pour libérer le passage ou accompagner la bille dans son mouvement à la manière d'une plateforme. Cela offre la possibilité de dégager des issues mais aussi de faire des mini puzzle pour déplacer plusieurs blocs pour ouvrir un passage. Et dans le feu de l'action, avec les couleurs à gérer, les blocs à détruire, plus ça qui demande de la réflexion, c'est chaud!

Chaque niveau se termine par l'arrivée dans un vortex menant au niveau suivant.

Autres ajouts par la suite, des boosts de vitesse qui ne seront appliqués que si la bille porte la même couleur ainsi que des sauts qui fonctionneront de la même façon.

Neonwall nous offre une découverte progressive de tous ces éléments et nous laisse le temps de nous faire la main pour les assimiler sans nous prendre pour des gogols non plus. Ça enchaîne vite et la difficulté est souvent au rendez-vous. J'ai bloqué sur plusieurs niveaux et ai réellement pensé que le niveau 9 dégoutterait pas mal de joueurs ayant acheté ce jeu sans trop savoir à quoi s'attendre. En ce qui me concerne, c'est justement à partir de ce niveau que le jeu m'a convaincu et qu'il s'est transformé en coup de cœur à mes yeux.

Un cube bleu à déplacer suivi d'un cube rouge à désactiver suivi d'un cube bleu à déplacer et de cubes rouges à détruire. Welcome to Neonwall.

C'est ce que j'ai aimé dans Neonwall. J'ai clairement senti faire partie de la cible du jeu à savoir, les acharnés du jeu de plateforme, du jeu de réflexion et du puzzle game avec un soupçon de shooter. On le droit à un melting pot qui décape et si sur le papier ou même en screens cela semble être imbuvable, en jeu c'est un régal. J'ai adoré.

Les niveaux sont inspirés et forcent l'anticipation, la réflexion et la réactivité. Certains niveaux imposent une progression rapide car les cubes disparaissent peu après le passage de la bille, cela ne laisse aucun droit à l'erreur et oblige à optimiser la vitesse de la bille pour ne pas qu'elle se fasse bouffer. C'est top! Mais heureusement, en cas d'erreur, des checkpoints existent. Nous avons un nombre limité d'essais pour terminer chaque niveau.

Il m'est difficile d'en dire beaucoup plus sur ce jeu sans risquer de me répéter, il vaut mieux l'essayer. Je le conseille vivement à toute personne intriguée. Si comme moi les images ou la vidéo du store ne vous ont pas du tout inspiré, revenez sur votre jugement.

Le seul bémol que je lui trouve mais qui est tout de même de taille, c'est qu'il s'adresse à une niche de joueurs acharnés du die and retry. Le mélange des genres ne plaira pas à tout le monde c'est évident. Mais ce qui accrocheront seront mordus jusqu'au bout.

Neonwall Note XboxOrNot

sur 100

  • Une progression de la difficulté bien dosée
  • Des niveaux inspirés
  • Puzzle + Plateforme + Shoot = Good
  • Les menus d'une autre époque
  • S'adresse aux acharnés
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?