Ninjin: Clash of Carrots : La carotte et le bâton

Ninjin en a gros sur la carotte, son village s'est fait déssimer par le Shogun Moe. Mais celui-ci n'imaginait pas avoir affaire au plus sanglant des lapins ninjas. Attention mon lapin, ça va trancher!

Ninjin en a gros et il veut se venger. Ni une, ni deux, il part comme un dératé et ne s'arrêtera qu'une fois sa vengeance assouvie. Mais... littéralement. Notre personnage passe son temps à courir dans sa posture de ninja.

Cela surprend un peu au début mais cela contribue grandement au dynamisme du jeu. Bien que fatalement, cela ne change rien, on est dans un beat'em all qui fonctionne par vagues, le fait de voir tous les personnages courir comme des dingues ainsi que le décors du fond qui défile à toute allure, cela amuse beaucoup et renforce cette idée que Ninjin, vaut mieux pas se mettre sur son chemin.

Bienvenue à Lapiland, le pays où la décapitation est conseillée pour régler tout type de conflit.

On est pas dans un Double Dragon ou un Street of Rage non plus, mais le principe est bien là. On tabasse tout ce qui bouge sur sa ligne horizontale, on se déplace de haut en bas et de gauche à droite pour aller dégommer les suivants, classique. Pas de récupération d'item au sol pour taper plus fort ici par contre. Bah non, Ninjin il court trop vite et surtout, c'est un ninja, donc il a déjà son arme perso et ses shurikens, pas besoin d'une poubelle ou d'un morceau de tuyau. Alors le couteau suisse, laissez le rire...

Chaque niveau sera composé de plusieurs vagues d'ennemis. La dernière vague sera généralement plus coriace, voire même avec un boss ou un nouvel ennemi pas encore rencontré.

Si le Shogun avait su... Il y aurait réfléchi à deux fois.

Question ennemis, on est servis, ils sont nombreux et ont des techniques différentes ce qui nous oblige à avoir autant d'approches. C'est très nerveux et tout s’enchaîne très vite. Chaque coup porté fait monter un compteur de combo, si les coups sont rapprochés, le compteur continue de s'incrémenter. Le but sera de finir chaque vague avec le compteur au max. Sa valeur sera ensuite convertie en points de vie et Ninjin sera automatiquement soigné pour commencer la vague suivante en pleine forme.

Le shuriken se lance avec le stick droit.

Lorsqu'un ennemi est tué, il laisse tomber des carottes qui peuvent être récupérées par le joueur. Celles-ci constituent la monnaie du jeu, le joueur aura donc tout intérêt à en récupérer le plus possible afin de pouvoir s'acheter de nouveaux items pour customiser Ninjin entre deux niveaux. En effet, votre pote Corgi rencontré tôt dans l'aventure vous proposera régulièrement des items à acheter. Epées, projectiles et même artefacts d'amélioration pour booster un peu votre personnage. La customisation s’avérera utile et le choix de l'arme ne sera pas anodin car certaines armes pourront plus vous aider face à certains ennemis.

Les items pourront également être obtenus directement dans un niveau lorsqu'un ennemi vaincu laissera tomber un coffre. C'est rare, mais cela arrive.

Waou! Corgi a des nouveaux joujoux pour moi! Ca tombe bien, je suis blindé de carottes.

Ninjin: Clash of Carrots offre un mode de vagues infinies déblocable afin de gagner des items puissants pour peaufiner notre ninja. Le seul hic c'est que Ninjin commence avec un équipement de base dans ce mode et ne pourra être équipé que des objets obtenus au sein du mode. Tout le monde part sur un pied d'égalité, bye bye le matos cheaté.

Un bon mode pour évacuer le stress.

Le jeu a un style graphique qui lui est propre, c'est indéniable. J'ai eu un peu de mal au tout début mais on s'y fait. L'humour omniprésent, l'histoire et les personnages contribuent à donner au jeu une véritable identité.

Les niveaux sont nombreux, les vagues aussi, les ennemis également, bref on devrait être content non? Oui et non, Ninjin: Clash of Carrots traîne tout de même des casseroles de taille qui pourront gêner certains joueurs. Malgré l'aspect exutoire du titre, on a tout de même l'impression de faire un peu toujours la même chose et de la même manière malgré la customisation de l'équipement. Le jeu est jouable à deux mais c'est vite le bordel à l'écran, ça l'est déjà à un joueur par moment d'ailleurs. Enfin, j'ai trouvé le jeu un peu trop facile d'une manière générale alors que certains combats ou vagues sont ultra hard core.

Il est temps d'en finir le moche! Tu vas creuveeeeeeeeeeeer!

Ninjin: Clash of Carrots offre une vision rafraîchissante du beat'em all avec une customisation qui plaira à beaucoup de joueurs. L’aspect parfois shoot'em up de certaines vagues d'ennemis apporte également son lot de nouveautés. C'est un très bon défouloir qu'il faudra considérer comme tel.

Ninjin: Clash of Carrots Note XboxOrNot

sur 100

  • Plusieurs modes de jeu
  • Style graphique qui étonne mais on s'y fait
  • Customisation
  • Plusieurs modes de jeu
  • Difficulté en dents de scie
  • A deux, c'est le bordel
  • Les coups de mêlée peu précis
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?