Outward - Si jeune et déjà si vieux

Outward propose une aventure en demi teinte.

Vous vous demandez sans doute pourquoi le test d'Outward ne sort que maintenant. Et c'est une excellente question.

Naufragé d'un bateau qui transportait de la richesse de votre ville natale, vous vous retrouvez endetté jusqu'au cou et devez rembourser ce que les villageois vous accusent d'avoir perdu.

En gros, dans Outward, tout le malheur du monde vous tombe sur les épaules et la seule personne pouvant vous aider à vous dépêtrer de ce bordel, c'est vous même un monsieur / madame tout-le-monde qui s'apprête à vivre une grande aventure malgré lui / elle.

Outward est un RPG en monde ouvert jouable en solo ou avec un ami en coop avec écran splitté ou en ligne.

Il propose une approche résolument classique du RPG malgré des tentatives intéressantes comme le fait d'améliorer son personnage grâce au matériel qu'il porte uniquement et non un système d'expérience avec gain de niveau.

Certains effets sont réussis

Les mécaniques de gameplay d'Outward sont parfois un peu déroutantes et obligeront les joueurs à passer par une période d'adaptation. Je pense notamment à l'absence de minimap qui est extrêmement relou dans un premier temps. Immersif, certes, mais relou. Les joueurs auront accès à une carte sur laquelle ils devront se situer eux même et faire avec. C'est un choix compréhensible d'une certaine manière car de plus en plus de jeux servent tous les indices possibles et imaginables aux joueurs sur un plateau d'argent. Mais justement, on s'est habitué à ça et ne pas avoir de minimap surprend beaucoup au début.

De même que pour les compétences qu'il faudra apprendre en échange d'argent auprès de PNJ. C'est un choix assumé par Nine Dots Studio qui a développé Outward. On comprend bien l'intention qui est derrière : l'immersion avant tout. Malheureusement, cela ne fait aucun doute, ces choix diviseront les joueurs et en décourageront plus d'un.

La mort est peu punitive dans Outward, heureusement car la grande faucheuse viendra vous voir souvent. Le joueur sera le plus fréquemment replacé près d'une ville avec tout son inventaire.

Les combats d'Outward sont difficiles, il faudra être préparé à toute éventualité en craftant des potions, en buffant son équipement et même en se séparant de son sac à dos, donc de son inventaire, pour être plus agile en combat. C'est un concept très intéressant qui nous est proposé ici. C'est fini les jeux en mode fast food, on est là pour en chier sévère.

Ajoutez à cela une notion de survie avec de des points à considérer comme la chaleur ou la froideur de la zone visitée ou encore les maladies véhiculées par des ennemis qui vous attaquent. Il faudra alors se soigner pour faire passer l'effet plus rapidement.

Les environnements sont variés

Parlons de ce qui fâche. Outward est un jeu vieillot à tout point de vue. Les graphismes piquent les yeux, tout particulièrement dans cette version Xbox ONE qui nous rappelle certains jeux moches sur 360, c'est dire. L'éditeur d'avatar propose le strict minimum, pourtant on sait bien que les joueurs de RPG aiment avoir le choix pour personnaliser leur héros. L'ambiance sonore est décevante, pas vraiment par l'immersion qu'elle procure mais plutôt par la qualité des sons que j'ai trouvé très inégaux. La gestion de l'inventaire est vieillotte aussi, c'est peu adapté à la manette et c'est parfois frustrant. En parlant de cela, en fait, à bien y réfléchir, c'est toute la maniabilité qui mériterait d'être revue...

Et enfin terminons par le gameplay, bah lui aussi c'est digne d'un jeu de la génération précédente. Le ressenti des armes est plutôt mauvais, on a à peine l'impression que nos coups touchent quelle que soit l'arme choisie.

Attention cela dit, le jeu a été plutôt bien accueilli comme vous pourrez le constater. Mais clairement, ces tests là n'ont pas été faits sur la Xbox ONE qui a le droit à une version techniquement bien en dessous de la version PC.

Il est possible de jouer à 2 en coop en ligne ou en écran splitté.

Outward propose une aventure en demie teinte. Le jeu s'avère intéressant bien trop longtemps après avoir commencé l'aventure et ses nombreux défauts, présents dès le tuto eux, feront fuir pas mal de joueurs. Le petit studio québecois qu'est Nine Dots Studio explique certaines lacunes du jeu et permet de relativiser mais cela ne change rien à l'avis général sur le jeu qui est mitigé même pour un achat en promo.

Outward Note XboxOrNot

sur 100

  • Le côté monde ouvert
  • Jouable à deux en ligne ou en écran splitté
  • Bourré de bugs
  • Même le tutorial est injouable
  • Gameplay à la manette mal fichu
  • Particulièrement laid
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?