Promesa - La promesse de ne pas jouer à un jeu ?

Si vous cherchez un somnifère vidéoludique, vous êtes au bon endroit.

J'ai joué à pas mal de walking simulator et autres jeux narratifs du genre. Mais là, on touche le fond du fond avec Promesa. C'est simple, dans ce "jeu" et notez bien les guillemets, on ne fait pas grand chose, et... Il ne se passe pas grand chose. Un peu comme dans un mauvais visual novel sans choix narratif.

Un plan sympa

Promesa se targue d'être un voyage à travers les rêves et les souvenirs qui émergent du dialogue entre un grand-père et son petit-fils. C'est issu d'un projet personnel, et je ne doute pas que le créateur de ce jeu ne soit pas ému (et fier) de son œuvre. C'est d'ailleurs une petite équipe de 4 personnes qui a réalisé ce jeu. Mais moi, en tant que joueur, avec ma manette dans la main, j'ai plutôt l'impression d'être là à contempler du vide. En gros, on lance le jeu, et on part pour une "aventure" d'environ 45 minutes, où tout ce qu'on a à faire ou presque est d'avancer. De temps en temps, il y a un dialogue écrit ou du moins un semblant de narration, et zou, c'est reparti pour un petit niveau. 

Je vais me cuire un oeuf

Il faut savoir que chaque playthrough sera un peu différent, et il faudra refaire le jeu au moins une fois pour voir toutes les scènes. Je vais vous faire gagner du temps : cela ne changera pas votre vie d'avoir loupé deux séquences de jeu. Bref, on marche dans des lieux vides, où une musique acoustique, plutôt réussie d'ailleurs, veut nous mettre en mode "mélancolique" et puis un petit fondu et on passe à un autre décor. C'est creux. C'est vide. C'est plat. 

Mon parapluie

Alors ok, visuellement, ce n'est pas dégueulasse. La direction artistique tient la route, et pour un petit jeu indépendant, on peut dire que c'est pas mal. Alors attention, je le répète, les niveaux sont petits et il n'y a rien à faire, et rien qui bouge. Mais bon, on s'y croit "vite fait" en écoutant la musique tristounette. Les déplacements de notre personnage par contre sont mous, mais alors... On dirait que notre personnage à deux balais dans le cul. On peut augmenter la vitesse de déplacement dans les options, mais franchement, c'est pour passer d'un escargot à une limace. 

Un jeu couloir

Promesa n'est pas un jeu. Il faut être clair tout de suite. Le soucis, c'est que ce n'est pas non plus un film interactif, ni un jeu narratif, ni un visual novel, ni... Bon en fait, ce n'est pas grand chose. Si c'était gratuit, encore, je ne dis pas, quelques décors sont sympas et la musique est globalement réussie, mais franchement, payer pour trainer dans des lieux vides pour qu'un jeu essaye de nous tirer des larmes alors qu'on s'en tamponne... Ah et pour gâcher le tout, le jeu est en full VO donc bon, cela ne va pas aider les anglophobes à adhérer au bousin. 

Promesa Note XboxOrNot

sur 100

  • Musique
  • Ce n'est pas dégueux
  • Vide
  • Creux
  • On n'a rien à faire
  • Full VO
  • Très court (45 minutes grand max)
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.