The Church in the Darkness - Bienvenue dans la jungle

The Church in the Darkness va vous faire infiltrer une secte pour sauver votre neveu. Intrigant.

Vous connaissez le jeu Commandos ? Le jeu d’infiltration en vue de dessus où il fallait jouer des coudes et de malice avec les rondes des gardes pour atteindre nos objectifs ? Et bien, de loin, The Church in the Darkness ressemble à Commandos. Mais alors vraiment de loin, juste pour la vue de dessus et la ronde des gardes. Car au final, l’IA faiblarde de The Church in the Darkness rend l’infiltration tout sauf difficile.

Welcome to Freedom Town

Dans The Church in the Darkness, on doit aller sauver notre neveu d’une secte cachée dans la jungle. Il va falloir infiltrer la communauté, et essayer de glaner les bonnes informations pour retrouver le petit, le convaincre de nous suivre, et rentrer à la maison. La subtilité du titre est sa construction : chaque partie est unique, et les fins sont nombreuses (un peu plus d’une quinzaine). La carte de la jungle est toujours la même mais les objectifs et personnes ne sont pas toujours au même endroit. Du coup, vous l’aurez compris, après un run, les autres parties sont beaucoup simples, et l’ennui pointe vite le bout de son museau.

Le gourou du coin

Et c’est dommage car The Church in the Darkness est plutôt attachant sur la forme avec son petit côté Commandos low cost et facile d’accès. Mais, entre des missions qui se répètent, des personnages sans charisme, des discussions des deux gourous non-stop par la radio qui cassent les oreilles, la localisation française inexistante et une IA aux fraises, et bien au final, on baisse vite les bras et on passe à autre chose.

Pas désagréable visuellement

J’ai creusé tout de même en faisant 4 ou 5 fins différentes, en sauvant le neveu ou non, en tuant des gens ou non, en allant voir les gourous pour les tuer ou non, mais au final, on fait toujours la même chose. C’est chiant. Techniquement, The Church in the Darkness n’est pas désagréable, c’est bien pour ça qu’on a envie de lui laisser sa chance, mais quand on se fait chier en jouant, on ne peut pas faire grand-chose de plus que de se dire « mais pourquoi je continue à jouer moi ?? ».

Et pan tu es mort

The Church in the Darkness est un jeu qui aurait mérité plus d’attention pour donner envie aux joueurs de revenir après un premier run qui ne va pas vous prendre des heures à être boucler. Dommage.

The Church in the Darkness Note XboxOrNot

sur 100

Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.