The Forbidden Arts - Rigide

Suivez le jeune Phénix dans sa quête de la maîtrise du feu.

Nous incarnons Phénix, un jeune héros qui a des visions et qui cherche à maîtriser l'élément feu. Aidé par une druidesse, il va apprendre à maîtriser cet élément au cours d'une aventure l'amenant dans des environnements très variés.

Les niveaux sont vraiment peu inspirés.

The Forbidden Arts est un petit jeu de plateforme d'action-aventure qui met en avant l'exploration. Il alterne les phases de jeu avec un gameplay en 2D et d'autres en 3D.

En 2D, Phénix découvrira des donjons où il trouvera des ennemis variés et pourra trouver de l'or, collectible présent dans chaque niveau. On reprochera à ce type de niveaux une grosse flemme de la part des designers. Comme le prouve ma capture d'écran ci-dessus, les donjons sont très couloir, très linéaire et surtout, très cubiques. Comprendre ici, sur un schéma de grille donnant des cubes qui eux-mêmes donneront un niveau. Cela résulte bien souvent en des niveaux labyrinthiques peu plaisant à parcourir.

En 3D, Phénix explorera le monde qui l'entoure à la recherche de nouvelles régions, PNJ et donjons. Les phases d'exploration sont bien plus agréables visuellement mais cela ne représente qu'une petite partie du jeu.

Les donjons en 2D sont sympas mais souffrent d'un gameplay pas adapté.

Dans les donjons, Phénix devra faire face à de nombreux ennemis, des loups, des ninjas, des ours, des griffons, etc. Les combats sont difficiles et très peu permissifs. Chaque erreur sera durement payée au prix fort car Phénix encaisse mal les coups, sa vie descend très vite. Les attaques de feu, puissantes et redoutables en apparence ne font pas tant de dégâts que cela mais elles ont l'avantage de nous permettre d'attaquer à distance. On rencontrera très souvent les mêmes ennemis en parcourant les donjons, on tourne vite dans le bestiaire. Des pièges redoutables parsèment les donjons.

Les phases d'exploration sont en 3D.

The Forbidden Arts bénéficie d'une réalisation graphique soignée, tout particulièrement pour les phases d'exploration. Malheureusement la beauté des environnements est contrastée par la pauvreté des éléments du décor dans les donjons. On a parfois l'impression de jouer à deux jeux différents avec des équipes d'artistes différents tellement certains niveaux sont pauvres comparés à d'autres.

Le jeu est coloré et très thémé.

Le jeu est beau, les personnages sont plutôt bien animés et les ennemis également. Les doublages en anglais sont loin d'être les plus immersifs que j'ai pu entendre mais disons qu'ils sont au niveau du reste du jeu donc rien de choquant.

Pour ce qui est de l'ambiance sonore en revanche, elle est pauvre au possible, les bruitages sont très peu variés. Les mêmes sont reviennent beaucoup trop souvent en combat. Il en va de même pour les quelques musiques qui tournent en boucle et déclencheront très rapidement un méga mal de crâne.

Enfin, notons que la traduction française des textes est loin d'être parfaite avec quelques mots en anglais qui traînent par ci par là ainsi que certains mots mal choisis.

Il y a de beaux effets de lumière.

The Forbidden Arts est un jeu qui rappellera aux anciens les jeux de leur enfance avec des graphismes revus au goût du jour. Malheureusement la rigidité du gameplay et les niveaux très couloir ne lui font pas honneur et en rebuteront plus d'un. Le jeu s'adresse à un jeu public qui pourra découvrir le genre.

The Forbidden Arts Note XboxOrNot

sur 100

  • Plutôt joli
  • Jeu couloir
  • Maniabilité d'une autre époque
  • Difficulté pas adaptée à un jeune public
  • Niveaux peu inspirés
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?