Torchlight II - La lumière de la rentrée ?

Coup de cœur de la rentrée ?

Torchlight 2 est un jeu que je voulais tester sur One. J’ai tanné mon rédac’ chef pour ça et je ne sais pas qui était le plus heureux de nous deux : moi pour le jeu, lui pour que j’arrête de le saouler. Il faut dire que le premier Torchlight avait été un énorme coup de cœur sur 360. J’avais lancé le jeu comme ça, pour voir car il jouissait de la réputation d’être un hack & slash coloré et bon. 2 minutes ont suffi pour me convaincre et j’ai acheté le jeu, fini le jeu avec chaque personnage, continuer de jouer et obtenu tous les G ! Quand le second jeu est sorti, j’étais content mais c’était sur PC… Mais pour Torchlight 2, j’ai accepté de joué sur PC tout en rêvant d’une sortie One qui a finalement eu lieu.

Un menu bien connu !

Vous retrouvez donc Torchlight 2 mais dans une version console, ce n’est pas une version portée en cachette mais une vraie version console. Ça permet de stopper les débats tout de suite. Le premier Torchlight avait la saveur d’un Diablo mais en plus cartoon alors il est normal que cette version console s’en inspire pour les menus et la gestion de l’inventaire. Et c’est une bonne chose. Torchlight 2 répond également au doigt et à l’œil et techniquement, rien à redire pour l’action. Visuellement, il pourrait être un peu plus fin mais l’ambiance Torchlight 2 fonctionne toujours.

C'est l'heure d'envoyer la purée !

Cela veut dire qu’après les événements du premier jeu, l’alchimiste est devenu fou et qu’il faut le rattraper. Du coup, quatre archétypes de héros possibles. Dans Torchlight 2, vous pouvez choisir le sexe et un peu l’apparence de votre héros. Vous avez aussi le choix de votre familier et le jeu fait le plein de toutes les mises à jour du jeu donc à vous le panda, le troll ou l’alpaga. Vous avez donc : le berserker qui est là pour bourriner en invoquant le loup, un personnage bourrin et barbare à souhait. L’ingénieur sera le paladin du jeu avec son armure ou son bouclier. Mais il peut compter sur ses robots pour protéger ou attaquer ou bien utiliser un canon pour faire le ménage. L’embermage est le mage du groupe, feu, glace et électricité au programme de ce mage qui est un peu fragile mais qui compense avec sa puissance de feu. L’outlander sera le ranger du jeu : jet d’épée, flingues, tirs rapides et autres pièges seront au programme. 4 types de perso mais des tas de façons de les bricoler.

Un peu de shopping en ville !

Déjà en utilisant ou en mixant les trois arbres de compétences. Puis en répartissant les points de stats afin de transformer un mage « classique » en pistolero ou en mage de corps à corps. Ce côté « libre » dans la construction est l’une des forces de Torchlight 2 qui ne cède pas à l’appel de la simplification sans pour autant perdre le joueur. En effet, il est toujours possible de faire retour arrière et le jeu est suffisamment souple et équilibré pour ne pas punir le joueur qui aurait tenté des trucs expérimentaux.

Je balance tout et je regarde qui survit après !

Torchlight 2 se savoure dès les premières minutes et son côté niveaux aléatoires transforme chaque partie pour une redécouverte du jeu. Le petit bémol à mon sens est dans la capacité de votre héros à manquer sa cible ou à manquer d’impact sur certaines frappes. Rien de trop méchant mais le coup de base a tendance à manquer sa cible même au corps à corps. Un petit soucis qui sera peut-être corriger mais qui n’empêche pas d’aimer le jeu. En même temps, je dis ça mais je suis totalement acquis à la cause de Torchlight 2.

Pratique pour les BBQ !

Torchlight II Note XboxOrNot

sur 100

  • Gameplay
  • Construction de personnage
  • Action
  • Torchlight
  • Graphismes parfois pâles
  • Coups de base qui rate
  • Notre barême en détail
Korganor
Par

Lui, faut pas le chercher, il a déjà fait le tour complet de la map de GTA. A pied. Et ça ne prend que 2 heures, sachez-le !

Commenter

Participer à cette discussion.