Visage - La peur a un nom, et même un Visage !

Vous voulez vous faire peur ? Alors vous êtes au bon endroit !

Si vous aimez les films ou les jeux d’horreur, je peux déjà vous dire que Visage est une bonne pioche. Pourquoi ? On va essayer de détailler tout cela. Dans tous les cas, j’ai été agréablement surpris par la qualité générale du titre. J’ai testé beaucoup de jeux du genre, des bons, des moyens, et des très mauvais, et je sais d’expérience, que c’est difficile de trouver le bon équilibre dans un jeu du genre. Il est facile de « faire peur » pendant une introduction mais tenir la longueur sur tout un jeu, c’est plus compliqué. Et Visage réussit l’exercice !

Je me pose, et je regarde un bon film

Dans Visage, on est directement dans le bain avec un introduction qui fout le malaise. Une salle en sous-sol, un pistolet et trois personnes attachées à une chaise… Les âmes sensibles comprendront vite qu’elles ne sont pas en voyage de courtoisie. Après cette introduction, on se retrouve dans le grenier d’une maison, plutôt grande d’ailleurs, sans âme qui vive. Enfin quand je dis ça, je veux plutôt dire sans « personne vivante » car des âmes, on va en rencontrer. Une fois dans la maison, on va pouvoir se balader librement, et le mini-tutoriel nous indiquera qu’il faudra faire attention de ne pas rester trop longtemps dans le noir, sinon notre santé mentale, visible avec un indicateur en bas à gauche de l’écran, va chuter. Et lorsqu’elle chute, on va avoir le droit à une multiplication d’événements paranormaux et la mort nous attendra au tournant. Il faudra donc penser à récupérer des briquets, des bougies ou des ampoules, pour mettre de la lumière dans les coins trop sombres.

Un truc normal

Visage n’est pas un jeu qui nous prend par la main. Il y a trois chapitres principaux, et chacun devra être déclencher en prenant un objet. Je n’ai pas envie de vous spoiler l’histoire, mais sachez que les 3 chapitres sont très différents dans leur manière d’être appréhendé et joué. Par exemple, un chapitre qui raconte l’histoire d’une fillette, nous offrira des moments de terreur à la Ring, Grudge ou encore le début de Resident Evil 7 par exemple. Il faudra constamment se déplacer pour éviter que cet esprit nous attrape. Dans un autre chapitre, nous aurons plus d’énigme à résoudre, tout en étant en stress constant que l’entité apparaisse pour nous planter dans le dos. Et dans le troisième chapitre, nous serons plus dans un titre à la Silent Hill où il faudra être silencieux, malin et réussir à survivre à un psychopathe fou furieux.

Je crois que je ne suis pas seul

Visage est un jeu en vue à la première personne, comme beaucoup de walking simulator à la sauce horreur. Techniquement, j’ai trouvé le jeu très beau. La maison est très réaliste, on s’y croirait et lorsqu’on part dans des délires psychotique, la direction artistique est parfois complétement folle. On est happé dans cette histoire, vraiment. On va beaucoup marcher dans Visage, et ce qui va vous mettre dans l’ambiance, c’est justement, cette putain d’ambiance. Les jeux de lumière sont très bons. Quand on allume une lumière, on a peur qu’un esprit l’éteigne. Quand on se balade à la lueur du briquet, chaque couloir est un moment de solitude. Le pire étant lorsqu’on utilise le flash d’un appareil photo pour déambuler dans le noir du sous-sol.

Tout va bien dans ma tête

La bande son de Visage est tout simplement exceptionnelle. Les musiques, les bruitages, sont terribles. En jouant au casque, vous allez vous prendre une claque, et surtout devoir changer de culotte régulièrement. On entend tout le temps des bruits : des pas à l’étage, des meubles qui bougent, les portes qui claquent derrière nous, des rires sataniques, et des musiques d’ambiance ignobles, à vous filer la chair de poule. J’ai rarement ressenti un tel malaise dans un jeu. Si vous aimez vous faire peur, vous allez kiffer. Mais clairement, c’est à réserver à un public très averti.

Un moment calme

Le gameplay de Visage est sans doute le seul point où je vais me plaindre, et encore c’est léger. Le jeu en lui-même est très jouable, on comprend très vite comment cela fonctionne : c'est-à-dire comme la plupart des jeux du genre en vue FPS. Mais, au niveau de l’inventaire, il y a eu un raté. Enfin, je suppose que c’est fait exprès pour ajouter du stress à chaque moment chaud. En gros, il faut jongler avec un inventaire qui nous permet de conserver 5 objets, plus deux objets qu’on peut tenir dans nos mains. Et la gymnastique pour «aller dans inventaire, poser un objet de la main gauche, prendre un objet dans la main, etc. » est un peu laborieuse, même si bien entendu, au bout de quelques heures de jeu, on prend la main. C’est le seul point négatif que je peux souligner sur ce titre. Il y a bien quelques bugs de collisions, ou d’objets qui flottent parfois, mais cela ne choque pas, surtout dans un jeu où les objets bougent tout seul. Enfin, la durée de vie de Visage est loin d’être dégueulasse. J’ai mis une quinzaine d’heures pour le finir avec la vraie fin. En effet, en plus des 3 chapitres principaux, il vous faudra trouver des VHS qui sont des quêtes annexes qui apporteront des réponses à l’histoire.

Un hôpital psychiatrique, ce n'est pas mieux

Visage est un excellent jeu d’horreur, une référence à mes yeux, qui ne souffre que d’une gestion de l’inventaire un peu laborieuse, et c’est tout. Graphiquement réussi, avec une bande son de malade (faite par des malades, ce n’est pas possible autrement), si vous aimez les jeux du genre « flippant » je ne peux que vous le conseillez, à vos risques et périls. Vous n'en ressortirez pas indemne...

Visage Note XboxOrNot

sur 100

Coup de coeur
  • Ambiance de dingue
  • Bande son énorme
  • Graphiquement réussi
  • 3 chapitres différents et efficaces
  • Vraiment flippant et malsain
  • Inventaire énervant
  • Quelques bugs
  • Notre barême en détail
Riggs
Par

Lui, on se demande ce qu'il fait ici. Il a sans doute sauté sur l'opportunité de pouvoir récolter quelques jeux gratos. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir un score Xbox Live assez respectable.

Commenter

Participer à cette discussion.