Salt and Sanctuary - Une note salée

Si vous aimez la 2D, les rpg hard core, le sel et les jeux moches, Salt and Sanctuary vous attend.

Les jeux qui s'inspirent directement de la saga Dark Souls sont maintenant légion. On en retrouve même de plus en plus en 2D. C'est dans cette cours que Salt And Sanctuary vient se pavaner avec ses faux airs de jeu dégueulassement moche. Ne dit-on pas de ne pas juger un jeu par sa boîte? Un truc comme ça sûrement...

Bah cela n'empêche que j'ai eu du mal avec le design du jeu, j'ai trouvé ça horrible. Mais j'ai su passer outre et m'intéresser au gameplay et aux différentes mécaniques de jeu.

Pourquoi avoir fait autant d'écrans différents et pas juste une immense map?...

Au début du jeu nous aurons le choix de la classe de notre avatar qui sera lui même brièvement personnalisable. Après une brève explication d'un scénario qui tient sur un ticket de métro plié en 4. Les premiers ennemis à tuer sont accompagnés d'une phase de tuto puis on est très vite livré à nous même presque à poil avec des armes de merde. Un grand classique du genre j'ai envie de dire.

Le truc qui choque très rapidement c'est l’enchaînement des écrans. Dans Salt And Sanctuary, les écrans sont très très nombreux, heureusement le passage de l'un à l'autre ne prend presque pas de temps de chargement. Mais c'est rapidement pénible de devoir attendre en chaque écran ne serait-ce qu'un tout petit peu. Comme vous pouvez le voir si dessus, le passage d'un écran à un autre est montré par une porte avec une aura blanche. Et il y en a partout. 

Le premier boss est tout sauf évident.

Le deuxième point qui laisse perplexe c'est la précision des mouvements du héro lors des combats. Ouais.... pas des moindres. Pour un rpg hard core, les mouvements du personnages c'est la vie. Avoir des mouvements peu précis, c'est la mort directe. Heureusement ce n'est pas si catastrophique que cela puisque cela dépend de l'arme et demande une légère période d'adaptation. J'ai également trouvé que les sauts étaient peu précis.

Le jeu a tout de même des points positifs je vous rassure. Il a un bon système d'inventaire et un arbre de compétence extrêmement riche et complet qui permettra une personnalisation approfondie de notre avatar.

En autre point négatif je citerais la difficulté. On n'est pas nés de la dernière pluie, on sait très bien que si on se prend un jeu du genre, c'est pour en chier sévère. Et bien sachez que Salt And Sanctuary ne vous décevra pas sur ce point. Mais c'est à mettre en corrélation avec la maniabilité perfectible cela dit. Le fait d'avoir des mouvements peu précis ajoute une couche de difficulté dont on se serait bien passé.

L'arbre de talents est gigantesque.

Salt And Sanctuary porte bien son nom puisque tuer des ennemis vous rapportera du sel qui pourra être dépensé en points de compétence dans les sanctuaires. Dark Souls like bonjour!

Les combats de boss sont très impressionnants malgré la 2D. Ils demandent au joueur de passer par une phase d'apprentissage des différents pattern. On est en terrain connu.

Je ne suis pas allé jusqu'à la fin du jeu et je n'ai malheureusement pas trouvé d'info sur sa durée de vie. Mais on le sait tous, tout est relatif pour les rpg hard core. Certains les finissent en 50h quand d'autres les finissent en 40min. Véridique, allez voir les speedruns de Dark Souls 3 pour vous marrer.

Les menus sont simples, lisibles et efficaces.

Si le design du jeu ne vous rebute pas, Salt And Sanctuary saura combler le manque laissé par tous les rpg hard core auxquels vous aurez joué avant lui. Car oui, ce type de jeu est addictif et oui, ça laisse des souvenirs de gamer extra. Pour finir, le petit prix du jeu devrait vous permettre de passer outre ses défauts.

Salt and Sanctuary Note XboxOrNot

sur 100

  • Difficulté
  • Petit prix
  • Manque de précision dans les mouvements
  • Le saut pas toujours très réactif
  • D'une laideur sans nom
  • Notre barême en détail
Goma
Par

Le petit dernier de GameOrNot, c'est Goma. On pense qu'il est là par passion. Mais détrompez-vous, sa véritable nature se dévoile quand on prend quelques secondes pour faire du verlan sur son pseudo. Goma. Mago. Il doit aimer les Doritos ! A moins que ce ne soit une alusion à sa magic' touch' ?

Commenter

Participer à cette discussion.